CulturesSur abonnement

Des gains possibles en fertilisation du maïs

La première économie consiste à tirer au maximum profit des fumiers et lisiers présents sur les fermes bretonnes. Les fumiers doivent être apportés tôt, pour une bonne valorisation de l’azote qu’ils contiennent, et ceci d’autant plus qu’ils sont pailleux et peu évolués. Pour les produits à forte teneur en azote ammoniacal (lisier de porc et…

Cet article est réservé aux abonnés numériques.
Pour lire la suite…
Connectez-vous ou Abonnez-vous

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer