CulturesMorbihanProductions Agricoles

Du RGA – trèfle sous maïs dans le périmètre de captage

Le « vicon » et la bineuse étaient de sortie vendredi 17 juin dans une des parcelles de Freddy Begouin, à Béganne, pour une démonstration de semis de couvert sous maïs.

« Quand la teneur en nitrates est supérieure à 45 mg/litre, la station de pompage est à l’arrêt », indique Frédric Onno, technicien du syndicat Eau du Morbihan. Cette teneur est en moyenne de 40 mg/L sur le périmètre de captage de Carrouis. À peine dans les clous mais en amélioration depuis quelques années. Le captage est classé prioritaire comme cinq autres dans le département. Il fait toujours l’objet d’une démarche de reconquête de la qualité de l’eau pour garantir la ressource sur le long terme. Un programme de mesures est prévu pour les trois prochaines années.

« Si les résultats sont satisfaisants, il y aura une relâche des efforts demandés. Dans le cas contraire, certaines mesures pourraient être rendues obligatoires ». Les agriculteurs de la zone, en lien avec les agronomes de la Chambre d’agriculture, se sont portés volontaires pour tester un certain nombre de mesures autour de la fertilisation. Le semis d’un couvert de ray- grass, sous maïs, est la première de ces actions. L’objectif est de limiter au maximum les fuites d’azote grâce à l’efficacité plus précoce du couvert (par rapport à une implantation après récolte du maïs ensilage).

Une partie binée, l’autre non

Le semis a été réalisé avec un épandeur type « vicon » suivi d’un passage de bineuse. « Le stade 8 feuilles du maïs est le moment idéal pour semer », indique Clarisse Boisselier, de la Chambre d’agriculture. « Avant ce stade, il y a un risque de concurrence entre les deux espèces. Après, la répartition de la semence n’est pas assez bonne ». Les graines du couvert germent et végètent jusqu’à la récolte du maïs puis se développent rapidement. « Des essais antérieurs montrent un gain d’une tonne de matière sèche par hectare ou 3 semaines de pousse par rapport à un ray- grass semé vers le 15 octobre ».

Un fourrage appréciable pour les éleveurs de bovins surtout lorsque les parcelles sont accessibles pour un pâturage à l’automne. Sur la parcelle de Béganne, le semis a été réalisé selon quatre modalités : un ray-grass italien non alternatif d’un côté et une association ray-grass italien- trèfle incarnat de l’autre. Une partie binée, l’autre non. « Le binage est intéressant lorsque la terre est sèche pour recouvrir les graines. Ici, sur une terre mouillée, les graines devraient germer ». La semence revient à 35 €/ha (20 kg/ha). Le désherbant préalablement utilisé sur le maïs ne doit pas avoir une action racinaire pour ne pas contrarier la levée des graines du couvert. Les agriculteurs présents lors de la démonstration du semis se retrouveront à l’automne pour évaluer les incidences de la technique. 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer