ÉlevageProductions Agricoles

Les programmes sanitaires européens jugés efficaces

Une fois n’est pas coutume, la Cour des comptes européenne salue dans un rapport, publié le 26 avril, l’efficacité des programmes mis en place dans l’UE pour endiguer la progression des maladies animales. L’approche de la Commission de Bruxelles en matière de surveillance, de lutte et d’éradication concernant les zoonoses et autres maladies animales qui repose sur des conseils techniques et une analyse des risques appropriés pour tenir compte de l’évolution des épidémies, est globalement bonne.

Et, poursuit la Cour, le financement des programmes prioritaires s’est avéré raisonnable. Ces programmes ont bénéficié d’un financement de l’UE de 1,3 milliard € pour la période 2009-2014 ce qui représente la part la plus importante des dépenses du budget de l’UE en matière de sécurité alimentaire. Environ 26 % vont à la tuberculose bovine, 25 % aux encéphalites spongiformes et 15 % à la fièvre catarrhale ovine. La législation européenne en matière de surveillance et de lutte contre les maladies animales est bien conçue.

Elle s’accompagne de règles concernant l’identification, la traçabilité et le bien-être des animaux, ainsi que les épidémies et les contrôles sanitaires. Et l’existence d’un cadre de cofinancement de l’UE incite davantage les États membres à éradiquer les maladies animales, notent les auditeurs qui ont mené leurs travaux dans sept États membres (Irlande, Espagne, France, Italie, Pologne, Roumanie et Royaume-Uni) représentant 72 % des dépenses totales. Afin d’améliorer encore le dispositif européen, la Cour recommande à la Commission de faciliter l’échange d’informations épidémiologiques entre les États membres.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer