Dossiers

Affourager en vert sans se mettre dans le rouge

Intro

Si les vaches ne vont pas au pâturage, c’est l’herbe qui vient à l’auge… La pratique de l’affouragement en vert séduit de plus en plus d’éleveurs. Une façon de valoriser du foncier non accessible ou des dérobées à fort potentiel fourrager. Une récente enquête en Bretagne montre d’ailleurs que 75 % des éleveurs ayant recours à cette pratique le font pour des raisons de parcellaire morcelé ou trop éloigné du troupeau.
Si les motivations premières sont bien souvent la réduction des coûts alimentaires et la diversification de la ration, les observateurs et utilisateurs soulignent l’importance d’avoir fait les bons calculs pour absorber les coûts de mécanisation. Pour limiter les risques, la bonne idée est peut-être de tester en achetant une récolteuse à fléau d’occasion avant d’investir dans du matériel performant. Toujours dans l’optique de la maîtrise des charges, d’autres solutions existent : la mutualisation via une Cuma ou la prestation de service en appoint par une ETA. Nicolas Goualan

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer