Ghislaine et Olivier : «le couteau suisse des éleveurs»

A Liffré, depuis janvier 2022, Olivier et Ghislaine Painchaud proposent aux éleveurs d’Ille-et-Vilaine un service complet de découpe. Récit d’un parcours d’installation tardif et retours de clients sur l’avantage de travailler avec un atelier de proximité.

20332.hr recadre - Illustration Ghislaine et Olivier : «le couteau suisse des éleveurs»
Olivier Painchaud livre un bœuf conditionné en 30 colis de 10 kg chez Mickaël Goupil à Montreuil des Landes. Au-delà de la qualité du travail, l’éleveur apprécie la proximité et la relation directe avec le prestataire permettant de créer une relation de confiance.

« S’il y a quoi que soit, dites-le moi, ça permet de me remettre en cause et d’améliorer le service ». Magalie Vallée Martel rapporte ainsi ce que lui dit Olivier Painchaud quand il vient livrer à la ferme un porc ou une vache découpée. Façon élégante pour cette éleveuse d’expliquer qu’entre eux la confiance règne (lire encadré).

Pourtant, se lancer dans l’aventure entrepreneuriale la quarantaine passée, n’a pas été de tout repos pour Ghislaine et Olivier. Heureusement que l’amour du métier et du monde agricole les a confortés dans leur choix. Ghislaine raconte. 

La même personne va chercher la carcasse, la découpe et nous la livre

Agrément sanitaire 

« Je travaillais dans le transport. Olivier était désosseur, trente ans de métier. On en avait marre d’être salariés et nos amis nous encourageaient à créer une boucherie. Mais on ne voulait pas partir de rien. Et puis s’est présentée l’opportunité de reprendre une petite affaire à Montreuil-sous-Pérouse, celle de Louis-Yves Gandon qui faisait de la découpe chez les agriculteurs pour leur compte personnel. Notre premier portefeuille de clients. Dès le départ, on a tenu à obtenir l’agrément sanitaire pour pouvoir travailler avec les éleveurs qui font de la vente directe. Bien sûr, ça imposait des contraintes techniques et réglementaires (hygiène, traçabilité…), mais ça nous ouvrait un marché en plein développement. M.Gandon, lui, nous laissait un an pour trouver un nouveau local, le sien étant installé chez lui ».

Heureux hasard : la communauté Liffré-Cormier dispose alors d’un atelier relais où elle souhaite installer une petite structure travaillant en circuit court. « Ça faisait loin, 25 min de la maison… J’ai failli annuler le rendez-vous, mais en sortant je me suis dit : c’est là qu’il faut s’installer ! Une partie de l’investissement était financée : panneaux frigo, revêtement du sol, évacuations… Et géographiquement, Liffré est très bien placé : au centre du département, à deux pas de l’autoroute. ».

Ambassadeurs

Novices en entreprenariat, Ghislaine et Olivier se font accompagner par l’antenne vitréenne de France Active Bretagne : « Ça nous a beaucoup aidés sur l’administratif. On a pu bénéficier d’un prêt à taux zéro et de l’aide au retour à l’emploi » . Pour le reste, le bouche à oreille fonctionne parfaitement. Agriculteurs et marchands de bestiaux sont leurs meilleurs ambassadeurs : « On a des nouveaux clients chaque semaine ».

Après deux ans d’activité, la satisfaction du couple réside d’abord dans la liberté de gérer lui-même son affaire :  « On n’a plus personne à nous commander, par contre on travaille beaucoup plus qu’avant, même si c’est mieux depuis l’embauche d’un ouvrier boucher ».

Désormais, Ghislaine et Olivier, tous deux enfants du pays ayant grandi à la ferme, sont heureux d’être au service d’un monde qu’ils connaissent bien et d’avoir un retour très positif sur leurs prestations.  « On espère qu’en fin de bail, on pourra acheter ces locaux à Liffré-Cormier communauté parce que nous y sommes bien ! ».  

20333.hr
Des morceaux en pièces ou transformés, mis sous vide puis en cartons suivant les formules et quantités établies par l’éleveur : un service sur mesure proposé par Olivier et Ghislaine.

Repères

• Découpe ovins / bovins / porcs ;
• Morceaux en pièces, viande hachée, saucisses…
• Agréé CE et certifié bio ;
• Rayon : 50 km autour de Liffré ;
• Options :
– Mise sous vide ;
– Ramassage des animaux ; vivants (sous-traité) ;
– Abattoir : Saint-Aubin- d’Aubigné ou SVA ;
– Commande livrée à la ferme ;
• Embauche d’un boucher en février 2024.

Question de confiance

Deux éleveurs nous expliquent pourquoi ils apprécient de confier la découpe de leurs animaux à une petite structure :  « Parce qu’on peut dire à nos clients que c’est la même personne qui va chercher la carcasse, la découpe et nous la livre, souligne Magalie Vallée Martel à Saint-Marc-sur-Couesnon, et ça rassure. Et puis, ayant visité leur labo, je sais très bien qu’ils ne peuvent pas travailler deux vaches en même temps… Pour de la viande hachée, ça a son importance : on est sûr que c’est la nôtre ! ».
A Montreuil-des-Landes, Mickaël Goupil, qui vend l’essentiel de ses bœufs en direct, apprécie lui aussi de pouvoir rencontrer la personne qui les travaille : « Quand il vient nous livrer, Olivier nous explique comment il a optimisé la découpe en fonction de la carcasse. Il fait toujours au mieux en fonction de la commande et de nos formules de colis. J’ai entièrement confiance. Rien à redire, c’est du travail bien fait ! ».

L’accompagnement par Groupama

Céréalier, éleveur, viticulteur, maraîcher, arboriculteur, Groupama vous accompagne dans toutes les étapes de votre activité d’exploitant agricole avec des assurances agricoles adaptées afin d’envisager sereinement votre avenir. Chef d’exploitation, protégez-vous ainsi que vos proches, salariés et associés et sécurisez votre exploitation agricole.

Pierre-Yves Jouyaux


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article