Puis-je accueillir des ruches sur mon exploitation ?

Bien souvent oui, même si vous travaillez avec des pratiques conventionnelles, si vous êtes éleveur, si vous ne connaissez pas l’apiculture, ou encore si vous ne savez pas à qui demander !

18270 hr - Illustration Puis-je accueillir des ruches sur mon exploitation ?
Rucher situé derrière un bâtiment d’élevage porcin.

Les apiculteurs cherchent régulièrement des emplacements pour poser leurs ruches. Souvent, ils les trouvent auprès d’agriculteurs volontaires qui leur mettent à disposition un endroit qu’ils n’exploitent pas, et qu’ils n’ont aucun désavantage à prêter. Ces collaborations sont intéressantes : en plus de créer du lien et de l’entraide, l’agriculteur peut bénéficier sc faisant d’un service de pollinisation si ses cultures sont mellifères. 

Mes productions le permettent-elles ?

En Bretagne, lorsque l’activité apicole est professionnelle, on peut généralement trouver entre 12 et 25 colonies sur un emplacement. Et les abeilles vont butiner sur un rayon de 3 km ! Peu importe la filière agricole, que ce soit aux abords de parcelles, de zones non cultivées, ou encore sur le côté d’un bâtiment d’élevage, les possibilités d’emplacements sont diverses. 

Utiliser des produits phytosanitaires ne pose pas de souci dès lors que la question est abordée avec l’apiculteur, et qu’il est prévenu au moins 24 heures avant qu’un traitement soit réalisé à proximité des ruches. Selon les produits épandus, il fermera les ruches la nuit précédant le traitement, ou les déplacera le temps que l’action de la matière active s’estompe. 

Un emplacement doit être bien exposé (ensoleillement et vent), en permanence accessible à l’apiculteur et son véhicule, et éloigné de quelques dizaines de mètres de toute activité humaine. N’hésitez pas à proposer : l’apiculteur sollicité pourra vous expliquer ses besoins et juger de l’adéquation de l’emplacement ! Si vous souhaitez proposer un emplacement mais ne connaissez pas d’apiculteur local, n’hésitez pas à contacter l’ADA Bretagne, qui peut vous mettre en relation avec un apiculteur professionnel de votre secteur. 

Maëlle Colin / ADA Bretagne


Tags :

Un commentaire

  1. Bee Friendly

    “Utiliser des produits phytosanitaires ne pose pas de souci dès lors que la question est abordée avec l’apiculteur” ça n’est pas tout à fait vrai. Il faut se renseigner sur les effets des molécules, elles n’ont pas toutes le même profil. Un nouveau site a été créé pour renseigner les agriculteurs sur l’effet des molécules sur les abeilles : https://toxibees.certifiedbeefriendly.org/.
    Qu’on héberge des ruches ou non (pour les pollinisateurs sauvages), il est préférable d’éviter les molécules classées D et E.

Les commentaires sont désactivés.

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article