Dossier technique

Deux fois plus grande, deux fois plus vite

La bétaillère pose à terre de chez Ponge facilite le travail du Gaec Fleury. Les éleveurs n’hésitent plus à amener le troupeau pâturer dans les paddocks les plus éloignés.

16285.hr - Illustration Deux fois plus grande, deux fois plus vite
Michel et Laurence Fleury apprécient la grande capacité de la bétaillère, ainsi que la facilité avec laquelle les animaux montent.

L’ancienne bétaillère de 4,5 m de long a récemment laissé sa place à un modèle 2 fois plus grand au Gaec Fleury de Sainte-Anne-sur-Vilaine (35). Michel et Laurence Fleury se sont équipés d’un outil de 9 m du fabricant français Ponge, doté de nombreuses options qui facilitent le travail et la manipulation au quotidien. La ferme de 130 ha est très herbagère, 10 ha de maïs sont cultivés à côté des 120 ha de prairie. Ce fourrage permet d’alimenter les 100 vaches laitières et le récent troupeau allaitant en race Wagyu et Angus. Gagner encore en pâturage Les grands îlots d’herbe sont parfois « séparés entre eux d’1 km. Le parcellaire ne se situe pas toujours autour des bâtiments. Avant et pour déplacer un lot, il nous fallait une journée. Désormais à 2 personnes, cela nous prend une matinée ». L’imposante remorque transporteuse peut embarquer jusque 16 animaux au total. À l’intérieur, une séparation coulissante sur rail permet si besoin d’isoler des animaux. « Je n’étais pas convaincu à l’achat de cette option. Aujourd’hui, je ne m’en passerais plus », fait observer Michel Fleury. Avec cette barrière séparatrice, « nous pouvons mettre les allaitantes devant, les laitières derrière, il n’y a plus besoin de revenir au champ ». Aussi, cette séparation sécurise les manipulations : si les vaches sont dispersées dans un paddock, les associés du Gaec peuvent dans un premier temps fermer la séparation pour bloquer les animaux déjà montés. Les parcelles les plus éloignées de la ferme sont distantes de 12 km. La nouvelle bétaillère a modifié l’organisation : « Nous ne nous posons plus la question d’amener les animaux loin, le chargement et le transport sont faciles. On peut s’en servir d’un instant à l’autre ». Autre option appréciée par les éleveurs, les barrières de chargement à coulisse « Équilibre ». Montées sur rail, « elles sont suspendues et se déploient à une main »….

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Tags :
Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article