Energies et environnement

Une unité de pyrogazéification en projet à Taulé

Le projet d’une unité de pyrogazéification est corrélé à la création d’une filière chanvre avec un besoin local annuel de 1 500 ha de cette culture aux différentes débouchées.

La société Qairos Énergies s’est donné pour objectif de mettre en œuvre des écosystèmes industriels de production et de distribution de gaz verts à partir de co-produits issus de la biomasse agricole. « Une unité de production d’hydrogène, de méthane et de CO2 liquide à partir de pyrogazéification de pailles de chanvre cultivé localement est à l’étude pour une implantation sur la commune de Taulé prévue à horizon 2025. Cette unité dont la capacité nominale de production sera de 40 GWh annuels est en corrélation avec les besoins énergétiques du territoire », annonce Jean Foyer, fondateur de Qairos Énergie lors d’une conférence de presse qui s’est déroulée à la CCI de Morlaix fin février. La pyrogazéification, comme la méthanisation, repose sur le processus naturel de fermentation des déchets. Pyrogazéifier consiste à chauffer les déchets à plus de 1 000 degrés en présence d’une faible quantité d’oxygène. En dehors du résidu solide, l’ensemble du déchet est ainsi converti en gaz vert.
« Nous avons choisi de faire de la pyrogazéification en exploitant les pailles de chanvre. Cela permet de réimplanter cette culture industrielle sur le territoire français », explique Jean Foyer. Sandrine Le Feur, députée dans le Finistère, poursuit : « Pour mener à bien ce projet, il nous faut implanter 1 500 ha de chanvre chaque année sur un territoire de 40 km autour de Taulé. C’est une culture agro-écologique qui s’adapte très bien dans les terres pauvres. Cette culture ne nécessite pas d’intervention avec des produits phytosanitaires et elle permet d’allonger les rotations. » Les agriculteurs vont récolter entre 6 et 13 tonnes/ha de graines et de fibres. Entre 20 et 40 % de la tige vont servir à l’industrie textile pour faire du fil. Ce projet de pyrogazéification permet de trouver un débouché pour le reste à un prix payé au producteur estimé par Qairos Energies à 150 €/t.

25 millions d’euros d’investissement

La naissance de cette filière chanvre va nécessiter la construction de hangars de stockage pour la fibre car il faudra de la matière toute l’année pour faire tourner l’unité de pyrogazéification. Il va aussi falloir se pencher sur qui porte les investissements dans les machines de récolte spécifiques. La création d’une filière pour valoriser la fibre textile va nécessiter un investissement de 4,5 millions d’euros et va créer autour de 50 emplois. L’investissement pour la construction de l’unité de pyrogazéification est estimé à 25 millions d’euros. Une aide de 10 millions d’euros pourrait être accordée au projet dans le cadre du Plan de relance pour le développement de la filière hydrogène. « Un terrain de 2 ha appartenant à Morlaix Communauté et situé sur la commune de Taulé est déjà retenu pour construire l’unité », conclut Jean Foyer. 

Produire de l’hydrogène pour les bateaux
Dans un premier temps, l’unité de pyrogazéification produira du méthane qui sera injecté sur le réseau de gaz. Ce choix de production est une solution de transition en attendant qu’il y ait un réseau d’hydrogène qui soit déployé. « La proximité avec Roscoff et son port qui abrite des bateaux de pêche et ceux de la Brittany Ferries n’est pas un hasard. Des changements de motorisation sont envisagés et le moteur à hydrogène est une bonne solution. Nous allons fabriquer de l’hydrogène localement qui ne sera pas cher, permettant d’orienter les choix de ces entreprises si l’offre est présente », explique le dirigeant de Qairos Énergies.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer