Economie, marchés et gestion

En Bretagne, les profils à l’installation se diversifient

Si la Bretagne reste une région attractive pour l’installation agricole, « la conjoncture difficile entraîne des reports de projets actuellement. Sur 2022, un léger fléchissement est observé au PAI (point accueil installation) par rapport à 2021, année où le nombre de contacts avait atteint 2 500, en hausse de 20 % par rapport à 2020 », indique Anne Bertagnolio, de la Chambre d’agriculture de Bretagne.

Le lait moins prisé

« Nous remarquons une grande diversité des profils de candidats avec un besoin de dispositifs personnalisés en face. L’élevage bovin lait et porc ainsi que l’installation en société sont moins prisés. » Alors que le lait représentait plus de 50 % des installations aidées il y a quelques années, il se situe aujourd’hui autour de 40 %. La catégorie d’élevages ovins, équins, caprins progresse ainsi que le maraîchage. Sur 2022, le prévisionnel affiche à ce stade un nombre d’installations aidées en hausse autour de 530-550.
« Globalement, environ 1 000 installations se font au total chaque année en Bretagne dont 700 concernent des personnes de moins de 40 ans et dont 480 sont aidées. On compte 2 000 départs annuels en parallèle. » Concernant le profil des installés, l’âge moyen d’installation augmente (30 ans en 2021 ; 32 ans sur début 2022) ainsi que la part de femmes (29 % ; 32 %). À plus de 40 % désormais, le pourcentage d’installations hors cadre familial et de personnes non issues du milieu agricole progresse. Le bio concerne 40 % des installations et la vente directe 30 %.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer