Côtes d'ArmorDécouvertes

L’élevage raconté en 22 images

Mois après mois, le briochin Joël Cousinard a photographié la vie d’un élevage des Côtes d’Armor. Il expose ce travail.
10138.hr
Joël Cousinard, photographe, présente l’un des cadres de l’exposition.

Ce mois de novembre, Joël Cousinard présente à Saint-Brieuc (22) une nouvelle exposition intitulée « Terres des hommes ». Cette série d’images extraites d’un reportage réalisé sur un an et demi aborde la réalité du quotidien de Michel Lagrée et de son associée au sein d’un Gaec familial. « Je me suis rendu une dizaine de fois, peut-être plus, sur l’exploitation. En fonction de la disponibilité de chacun, nous trouvions des créneaux pour photographier des moments ou des choses qui me semblaient importantes : un vêlage, une parcelle de maïs avant la récolte, le travail un jour de froid et de neige… », détaille le photographe.  

Voir l’éleveur derrière le comédien

Comment l’histoire a commencé ? Il y a quelques années, Joël Cousinard assiste à une pièce de théâtre. Sur scène, il repère un comédien qu’il trouve « très bon » et lui propose, quelques mois plus tard, de participer à un court-métrage. « D’entrée, Michel m’a prévenu qu’il ne pouvait pas se rendre facilement disponible à cause de son métier d’agriculteur. » Finalement, le tournage du projet a été arrêté de manière brutale. Pour autant, les deux hommes de culture sont restés en contact. Puis, le photographe, poussé par sa curiosité et sa sensibilité, a voulu découvrir l’éleveur qui se cachait derrière l’homme de théâtre. « Je me suis dit que le sujet de l’agriculture conventionnelle, ‘normale’, montrée à travers l’expérience d’un homme qui a voué sa vie à ce travail était un sujet à creuser », explique Joël Cousinard. Et de poursuivre : « Pour moi, c’était doublement intéressant. D’une part, il y a un vrai côté esthétique dans l’activité agricole à tous les instants. D’autre part, je n’avais aucun lien avec le milieu, je n’y connaissais rien. »

10136.hr
Le calme et le professionnalisme de l’éleveur autour du vêlage ont impressionné le photographe.

C’est donc un regard neuf et sans préjugé, presque naïf, que le photographe a posé sur la vie de cette ferme à Pommeret (22). « Michel m’a éclairé en répondant à toutes mes questions. J’ai appris plein de choses. Découvert par exemple qu’il cultivait le maïs et qu’il le stockait en silo pour nourrir son troupeau de 40 laitières. Avant, j’imaginais qu’il était surtout destiné à l’alimentation humaine… » Joël Cousinard qui aimait déjà les vaches avoue qu’il les aime encore plus aujourd’hui. « Vues de près, elles sont impressionnantes par leur taille, mais aussi très curieuses et attachantes. » Dans la porcherie, il a découvert un monde tout nouveau. « Les 60 truies, les charcutiers, leur cri… J’ai suivi les cochons lors de transferts d’une salle à l’autre. Ils me surveillaient du coin de l’œil en passant à côté de moi. Surprenant. » Plus globalement, le photographe a été profondément marqué par l’exigence du métier. « La quantité de travail et l’investissement personnel que réclame l’élevage sont énormes. L’agriculteur n’a pas le droit de ne pas y aller. C’est raide physiquement. Je crois que les gens ne s’en rendent pas compte. Michel ou son associée assurent, tout le temps. C’est admirable. »  

10135.hr
Michel Lagrée dans une parcelle de maïs avant l’ensilage.

Le noir et blanc comme une évidence

À l’arrivée, l’artiste briochin qui a su prendre le temps d’attendre, voir, ressentir, livre 22 tirages en format 40 x 60 cm. Ce travail documentaire né de son geste photographique engagé ne propose pas des images qui décorent… Mais des images qui racontent. Les tirages sont en noir et blanc, une évidence pour celui qui a commencé la photographie dans les années 80 et longtemps réalisé des tirages argentiques en laboratoire. Chaque cadre est légendé de quelques mots de l’auteur expliquant la scène ou le contexte et accompagné également d’un extrait de poèmes choisis. « Terres des hommes » est à découvrir dans la belle salle d’exposition de la Maison Saint-Yves. Ce site diocésain, ouvert au public depuis 2017, propose par ailleurs une 2e bonne raison de le visiter : l’ancien Grand séminaire abrite une chapelle de style Art déco, véritable joyau patrimonial et architectural, ornée de mosaïques d’Isidore Odorico, de peintures à fresco et d’un riche mobilier inspiré par le mouvement celto-breton Seiz Breur. 

Photographier ceux qui s’occupent des autres
La série agricole « Terres des hommes » documente le travail de ceux qui nourrissent les autres. Elle s’inscrit dans la continuité des précédents travaux de Joël Cousinard qui cherche par ses images à « sortir de l’ombre le travail de ceux qui s’occupent des autres ». Éducateur technique spécialisé (« J’aide les personnes en situation de handicap mental à se rapprocher d’une vie normale par le biais du travail ») depuis 20 ans à Saint-Brieuc après un début de carrière « difficile » de photographe à Paris, il a repris son appareil en 2015 pour poser un regard humaniste et bienveillant sur les gens qui l’entourent. En 2018, « MAS, la vie en Maison d’accueil spécialisé » traitait de la relation entre personnel encadrant et personnes en situation de handicap. En 2019, « Les chemins de la dignité » abordaient ce que mettent en place les structures d’insertion pour sortir de la précarité réfugiés, personnes handicapées, gens souffrant d’alcoolisme ou de maladie… Prochain sujet ? Peut-être le portrait des « femmes invisibles » de notre société.

Horaires et contacts :
Exposition du 5 au 27 novembre, à la Maison Saint-Yves, 81 rue Mathurin Méheut à Saint-Brieuc.
Lundi au vendredi : 10 h/12 h 30 et 13 h 30/18 h. Samedi, 10 h/12 h.
02 96 68 13 40.
Pour inviter le photographe à présenter « Terres des hommes » ailleurs : joel.cousinard@wanadoo.fr

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer