Élevage

Le poids des agnelles fait la différence à la lutte

Obtenir plus de 80 % de fertilité à l’issue des luttes de 35 jours des agnelles en automne est possible. La principale condition de réussite est leur poids à la mise en lutte qui se situe au minimum aux deux tiers du poids adulte. Pour des brebis adultes de 70 kg, cela signifie que les agnelles qui pèsent moins de 47 kg ne doivent pas être mises en lutte. Leur taux de fertilité sera d’environ 50 %. Par ailleurs, celles qui sont gestantes restent de petit format et enchaînent les mauvaises performances tout au long de leur carrière.

Des luttes à part

Le ratio conseillé est d’un bélier pour 20 à 25 agnelles mais un surcroît de mâles reproducteurs ne nuit pas aux résultats de reproduction. Dans tous les cas, sauf pour les sélectionneurs, privilégier plusieurs béliers dans le lot. Les agnelles sont farouches et des béliers expérimentés sont nettement plus performants que des antenais qui n’ont jamais ou très peu sailli. Le poids des béliers n’a pas d’influence sur la fertilité des jeunes femelles lorsque ces dernières sont suffisamment développées. Enfin, si les agnelles sont en lutte en même temps que des brebis adultes, il faut alors s’attendre à une baisse du taux de fertilité d’environ 20 %, les brebis adultes étant plus familières avec les béliers que les agnelles.

Laurence Sagot / Institut de l’élevage

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer