Cultures

Désinsectisation biologique des silos

La lutte biologique nécessite une bonne connaissance de l’historique des espèces de ravageurs présentes dans son silo ou bien la mise en place de pièges en amont des lâchers de parasitoïdes. Ces derniers sont spécifiques et s’attaquent uniquement aux formes larvaires de leurs hôtes cibles. Autrement dit, les lâchers de parasitoïdes sont à adapter en fonction des espèces déprédatrices ciblées.

Des hyménoptères son naturellement présents dans les silos, mais pour que la méthode fonctionne, il ne faut pas que la population de ravageurs soit trop excédentaire par rapport à celles des parasitoïdes. C’est pourquoi, il est nécessaire d’en introduire artificiellement, en positionnant les lâchers dès que les conditions printanières deviennent favorables à l’activité reproductrice des ravageurs, en complément d’un nettoyage des locaux.L’intérêt des lâchers est par ailleurs d’éliminer les insectes dans des espaces « réservoirs » qui ne sont ni nettoyés, ni traités, faute d’accessibilité (boîtes de chute, gaines de ventilation, nettoyeurs-séparateurs…).
Bien que son efficacité puisse être démontrée, obtenir chaque année une fenêtre climatique favorable à son positionnement pendant toute la durée du traitement (8 semaines) semble cependant délicat.

Pour en savoir + : Lettre Stock@ge n° 14, Arvalis.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer