CulturesTop

Il est temps d’épandre

Le fumier est très bien valorisé par le maïs fourrage. Si les conditions de portance des sols sont favorables, il est déjà temps de réaliser l’épandage des fumiers. Les lisiers et fumiers de volailles peuvent attendre, au plus près du semis, et devront impérativement être enfouis sitôt l’épandage.
La bonne valorisation de l’azote dépend du type de produit et des pratiques. Dans les fumiers, l’azote est majoritairement présent sous forme organique et une partie seulement (de l’ordre de 30  % pour un fumier de bovins) sera disponible pour la culture de maïs qui suivra l’épandage. L’azote sous forme organique nécessite une phase de transformation avant d’être assimilé, sous forme nitrate, par les racines du maïs. Le temps nécessaire à ce processus est fonction de la composition du fumier (rapport C/N). C’est pour cette raison qu’on conseille d’épandre les fumiers 1,5 à 2 mois avant le semis, voire même avant quand il s’agit d’un fumier frais et pailleux (C/N élevé). Un épandage trop tardif risque d’induire des effets dépressifs sur la culture, liés à l’organisation de l’azote qui ne sera pas terminée au stade 8-10 feuilles, début de l’absorption importante de l’azote par le maïs. Si les sols ne sont pas
suffisamment ressuyés avant cette date, il est toujours préférable d’attendre, au risque de provoquer des tassements très préjudiciables à l’enracinement de la culture. 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer