Economie, marchés et gestion

Ce qu’il faut savoir avant de passer au bio

La conversion à l’agriculture biologique est un moyen de mieux valoriser sa production. Cependant, il faut bien faire mûrir son projet car le principal objectif est de faire en sorte que la conversion soit pérenne.

Dès le début du projet de transition vers le bio, il faut prendre en compte l’ensemble des paramètres technico-économiques. Financée par la Région Bretagne, l’étude « Pass’ Bio » dresse votre futur projet d’entreprise ainsi qu’une prévision de vos résultats. L’accompagnement se matérialise par une étude stratégique de votre système d’exploitation.

Bien étudier son projet

Surfaces agricoles, cheptel(s), temps de travaux, main-d’œuvre, investissements en cours…, chaque poste de votre entreprise est estimé pour voir la marche à franchir vers le passage en bio. La viabilité de votre projet en dépend. Un point tout particulier sera porté sur les différentes subventions que vous pourrez percevoir dans le cadre de votre conversion, et ce notamment lors des premières années comme les aides Pac à la conversion et le crédit d’impôt conversion.
Dans un second temps, l’étude « Pass’Bio », apporte une prévision de vos résultats économiques sur les différents ateliers de l’exploitation après conversion. La mise en parallèle de ces prévisions avec les investissements et les prélèvements permettra d’indiquer si le passage est bio est viable pour votre exploitation.
Avec la conversion en bio, c’est tout un système de production qui doit être revu et il conviendra tout d’abord d’anticiper une baisse de la production, en la calculant atelier par atelier.

Anticiper son besoin en trésorerie

De plus, durant votre période de conversion, le coût de production de vos ateliers est à calculer en bio tandis que vos prix de vente restent ceux du conventionnel.

Gérer les stocks pendant la conversion

En ce qui concerne les conversions d’ateliers animaux, il convient de bien gérer ses stocks. En fonction de la stratégie de conversion retenue (conversion simultanée ou non des terres et du cheptel), les stocks de fourrages conventionnels devront être consommés plus ou moins rapidement.
L’impact de la gestion des stocks sur la ration alimentaire n’est pas à négliger. Par ailleurs, la stratégie de conversion a également un impact sur le délai de commercialisation en bio.
En définitive, pour s’assurer une conversion sereine, il convient de prendre en compte l’ensemble des éléments que sont le système de production, le besoin en trésorerie et l’impact de la période de conversion.

Gestion des effluents
Enfin, il ne faut pas négliger la gestion des effluents. En effet, à partir de 2021, il ne sera plus possible d’épandre des effluents non bio sur des terres cultivées en bio. Votre conversion en bio peut se solder par un besoin en matières organiques bio. 

Mélanie Yven / Cogedis

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer