Élevage

D’apprenti à salarié porc

Bastien Morvan a suivi deux ans d’apprentissage. Une période de formation mise à profit pour maîtriser les techniques d’élevage et de culture et acquérir de l’autonomie.

La filière porc offre des opportunités d’embauche qu’a saisie Bastien Morvan. Depuis fin juin, à l’issue de sa formation, il est devenu salarié de l’EARL Morvan à Plaine-Haute (22), rejoignant ainsi les 3 personnes de l’équipe s’occupant de 240 truies naisseur-engraisseur et de 200 ha. « Après des stages en porc, c’est un travail intéressant que je découvre depuis 2 ans en apprentissage, avec peu de travail physique et de nombreuses tâches faisant appel aux nouvelles technologies », explique l’ancien apprenti.

L’atout numérique pour séduire

Lionel Morvan, son employeur, était en recherche d’un salarié, au profil polyvalent, porc et culture. Non issu du milieu agricole, et même avec peu d’expérience, « Bastien a su montrer dès le départ lors de son Certificat de spécialisation (CS) porc au centre de Quintenic son côté animalier. Il s’est révélé être un jeune intéressé, qui comprend vite les explications et qui s’engage. Son profil promettait d’être rapidement autonome », relance-t-il. Et qui, de plus, a de bonnes aptitudes à utiliser les outils numériques. En produisant du porc sans antibiotique à 0 jour, les enregistrements doivent être précis, les carnets de santé remplis pour chaque animal… Ce que ne manque pas d’effectuer avec précision le jeune diplômé, suivant avec plaisir les nouvelles versions des applications. GPS, automatisation et consoles dans les tracteurs… « En culture, Bastien apprend vite. Il sera autonome après quelques saisons de pratique », prévoit Lionel Morvan.

Place à la prise d’initiative

Le CS, plutôt axé sur la technique et la pratique pour assurer le travail au quotidien sur l’élevage, s’est poursuivi par la formation @gri-pilote. « C’était l’occasion de découvrir d‘autres notions de gestion d’entreprise : manager et coordonner une équipe, comprendre un bilan comptable… », poursuit Bastien Morvan. « Ces deux formations sont complémentaires, et constituent un bon bagage pour un jeune, lui permettant d’acquérir de la maturité et une prise de recul face à tout événement qui survient dans l’élevage », précise Lionel Morvan. Des compétences de base qu’il devra approfondir dorénavant avec de la formation continue. Depuis son embauche, chaque salarié est de garde une fois toutes les 3 semaines. 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer