Cultures

Un semis de colza bien pensé

La fin d’été 2019 l’a une fois de plus montré : être prêt tôt pour semer le colza augmente les chances de réussite de la culture. Réaliser les travaux du sol très rapidement après la récolte de la céréale permet de préserver au maximum l’humidité du sol durant l’interculture. Un passage superficiel à 5 cm de profondeur avec idéalement un double passage croisé dans les 24 heures après la récolte permet de bénéficier de l’humidité résiduelle et/ou de limiter le dessèchement des horizons plus profonds. Cette pratique augmente les chances de bénéficier des conditions favorables à la levée du colza.

En l’absence de problème de structure sur l’horizon 0-20 cm, un travail superficiel après moisson ou mieux le semis direct permettent de ne pas assécher le sol. Un roulage après chaque action est recommandé pour limiter l’assèchement dû à l’évaporation. Il faut en tout cas bannir les outils animés : le semis combiné avec herse rotative ou outil animé est à proscrire pour l’implantation du colza.
Enfin, ne plus travailler le sol dans les 15 jours avant le semis valorisera pleinement les éventuelles pluies. Il faut se rappeler que plus les travaux du sol sont tardifs, plus le risque d’échec d’implantation du colza est important, accentué en situation de pluviométrie limitante.

Terres Inovia

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer