ÉlevageEnergies et environnement

Un poulailler plus autonome en énergie

L’électricité produite par le photovoltaïque fait tourner une pompe à chaleur pour le chauffage et alimente en partie le système de ventilation et l’éclairage.

Il y a 3 ans, Yves Guyon, aviculteur et gérant de la société Breizh Brumisation à Saint-Yvi (29), a rénové entièrement un poulailler de 1 000 m2 en ne conservant que la charpente. Le but était de construire un bâtiment le plus économe possible. Des panneaux sandwichs de 5 cm d’épaisseur ont été installés sur les côtés du poulailler et la toiture a été sur-isolée. « J’ai mis une double isolation sous toiture pour arriver à 7 cm d’épaisseur. Après la pose du panneau sandwich de 3 cm d’épaisseur, j’ai passé la caméra thermique et réalisé un test d’étanchéité pour rectifier à la mousse de polyuréthane et éviter les ponts thermiques. J’ai laissé une lame d’air avant de poser la 2e couche d’isolant en Recticel de 4 cm d’épaisseur. C’est important de bien isoler sous toiture pour éviter les déperditions de chaleur ; c’est aussi très utile lorsqu’il fait chaud dehors pour maintenir de la fraîcheur dans la salle d’élevage », explique-t-il.

Plancher chauffant et aérotherme

Le chauffage est assuré par un plancher chauffant. Depuis le mois de mai 2019, une pompe à chaleur (Pac) haute température de 15 kW chauffe à 75 °C l’eau qui alimente le plancher. « J’ai installé deux ballons pour stocker l’eau chaude, il y en a un pour le plancher chauffant et l’autre pour l’aérotherme qui est nécessaire à partir de 20 jours d’âge des poulets lorsque la litière isole la dalle béton et qu’il faut être réactif pour gagner quelques degrés. La chaudière gaz vient en complément de la Pac si besoin. » Le plancher chauffant est divisé en 4 zones avec une sonde de température pour chaque zone. Le plancher est à une température de 33 °C au démarrage, puis elle descend progressivement pour arriver à 27 °C à 19 jours d’âge des poulets.

Un aérotherme vient compléter le plancher chauffant dans le poulailler.

75 % de la production solaire autoconsommée

Une installation photovoltaïque de 30 kWc a été disposée sur les toitures pour assurer une grande partie des consommations électriques du poulailler. L’électricité produite alimente la Pac pour le chauffage du poulailler mais aussi le système de ventilation et l’éclairage. « 75 % des 30 000 kWh sont autoconsommés (22 500 kWh) soit 2 925 € d’économie en prenant un tarif de l’électricité à 0,13 €/kWh. Le surplus de production est revendu à 0,06 €/kWh soit 450 €/an. J’économise 3 375 €/an d’électricité pour un investissement de 35  000  € pour cette installation de 30 kW auquel il faut déduire la prime d’autoconsommation de l’État de 5 500 € sur 5 ans. L’investissement se rentabilise en moins de 9 ans tout cela en restant sur le prix de l’électricité actuel alors que l’on sait qu’il va augmenter », calcule Yves Guyon. L’éleveur n’a pas encore une année de recul pour chiffrer l’économie de gaz. En ayant mis en route la pompe à chaleur au mois de mai sa consommation de gaz sur 2019 a été de 3,6 tonnes pour chauffer 1 000 m2.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer