DossiersTop

Des porcelets nombreux et en bonne santé, un challenge

Sevrage, les compteurs explosent. La qualité ne suit pas toujours.

Un niveau de sevrage de 13-14 porcelets par portée deviendra bientôt la norme. Cette augmentation de production découle du nombre de porcelets nés vivants qui explose avec le progrès génétique, plus qu’en raison de la diminution du taux de pertes en maternité. Toujours trop de porcelets meurent entre la naissance et le sevrage, généralement dans les 72 heures après la mise bas. Plusieurs facteurs prédisposants peuvent entraîner cette mortalité précoce ou une mauvaise qualité de porcelets au sevrage : pression d’agents pathogènes liée à un sanitaire mal maîtrisé, une prise de colostrum désormais insuffisante (production à partager entre un nombre plus important d’individus). Vaccins et médicaments peuvent protéger les animaux mais ne sont pas toujours suffisants. L’alimentation des truies joue un rôle sur les troubles digestifs des porcelets en limitant (ou pas) l’immaturité à la naissance, la vitalité des petits, l’hétérogénéité pondérale à la naissance ou encore la qualité du colostrum. Dans les pages suivantes, des spécialistes et des éleveurs témoignent de leurs pratiques pour réduire la mortalité néonatale et sevrer des porcelets sains et lourds.

Au sommaire de ce dossier :

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer