ÉvénementsTop

Space : Front uni contre les détracteurs de l’agriculture

Mardi à Rennes, dans le sillage du président du Space, le ministre de l’Agriculture s’est élevé en défenseur des agriculteurs français qui « n’en peuvent plus d’être stigmatisés ».

L’émotion à fleur de peau. Mardi, Marcel Denieul, président du Space, a visiblement fait un effort pour contenir son émotion quand il a abordé le « déchaînement » de la société à l’égard de l’agriculture. Un déchaînement sur les pesticides, sur le bien-être animal, etc., qui conduit « les agriculteurs à se terrer chez eux » et qui se traduit par « un épuisement » psychologique chez ceux qui œuvrent chaque jour pour assurer une alimentation saine – et bon marché – à la population. Mais visiblement produire du bon à pas cher ne suffit pas… Marcel Denieul se demande d’ailleurs si « produire pour nourrir veut encore dire quelque chose ».

Appel à la réconciliation

Pour autant que l’incompréhension entre la société et l’agriculture est grande, le président du Space tend la main aux citoyens pour mettre fin à « ce climat délétère » et « apaiser les relations humaines, car personne n’a intérêt à la radicalisation des positions ».
Sera-t-il entendu par les citoyens ? En tout cas, Didier Guillaume, lui, l’entend. « Je comprends que les agriculteurs n’en peuvent plus d’être stigmatisés », a-t-il dit lors de son discours officiel, avant d’en appeler à son tour à « la réconciliation essentielle entre ces deux mondes ». Réconciliation, mais pas à n’importe quel prix a tenu à cadrer le ministre en n’occultant pas le sujet de crispation du moment : les pesticides. « Les règles existent déjà. Les Zones de non-traitement (ZNT) de 10 m et 5 m se mettront en place en janvier 2020. La position du gouvernement est claire », a-t-il insisté en réfutant l’inflation des arrêtés des maires qui veulent mettre en place des zones d’interdiction de pulvérisation de 150 m. Car pour le ministre qui invite à la raison, seule « la base scientifique » fait foi et toute « base obscurantiste » n’a aucun fondement.
Difficile aussi pour le ministre de ne pas aborder le sujet du revenu des agriculteurs quand on est au cœur de la zone d’élevage bretonne. Si Didier Guillaume se félicite du « cours du porc qui remonte », il est conscient que tous les efforts faits par les agriculteurs, pour être en phase avec la demande de la société, sont balayés « si nous ne sommes pas capables de faire en sorte que les agriculteurs aient un revenu décent. Mais pour l’instant, le compte n’y est pas », admet-il. Une façon de répondre au président du Space qui, quelques instants plus tôt, regrettait que les EGA n’aient pas donné tous les résultats escomptés en matière de répartition des marges dans les filières agricoles. Loin s’en faut.
Dans le prolongement, le ministre de l’Agriculture entend « remettre en chantier l’étiquetage » des produits agricoles. Autrement dit, il milite pour plus de transparence afin que le consommateur connaisse l’origine des produits. « Il faut éduquer le consommateur afin que l’acte d’achat soit un acte citoyen », espère Didier Guillaume.

Désaccords commerciaux
En constatant, non sans humour, que les syndicats parlent « d’une même voix » contre les accords commerciaux internationaux et en espérant qu’il en sera de même pour la prochaine réforme de la Pac, Didier Guillaume a précisé que la France ne ratifiera pas l’accord du Mercosur.
« C’était un bon accord économique, mais pas du point de vue environnemental et agricole », a-t-il résumé. Concernant le Ceta (Europe-Canada), il estime qu’il faut relativiser ses effets sur l’élevage français dans la mesure où « depuis 2 ans, nous avons importé 12 tonnes de viande bovine ».
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer