Cultures

L’artichaut sous toutes ses coutures

Le Gnis et l’OBS ont entre autres pour objectif de garder les ressources génétiques des variétés cultivées, pour offrir aux producteurs les variétés de demain.

La sélection variétale demande de « bien définir les objectifs, avec Prince de Bretagne et à la demande des producteurs. Nous regardons les ressources génétiques, pour réaliser un plan de croisement et sélectionner les meilleurs sujets dans les champs bretons », explique Véronique Trémellat, directrice de l’OBS. L’Organisation bretonne de sélection choisit les variétés de demain, tout en produisant semences et plants. Le gros avantage d’une telle structure qui travaille sur un marché concurrentiel multinational, est de proposer aux légumiers « 100 % de produits adaptés à la Bretagne, contrairement aux autres semenciers », note Jean-Marc Roué, président de l’OBS. Si l’axe principal de travail sur ces futures variétés est la réduction des intrants, avec des plantes plus tolérantes aux attaques de maladies, les aspects conservation et diversification sont aussi des pistes non négligeables.

Les variétés issues de l’OBS sont « 100 % adaptées à la Bretagne », souligne Jean-Marc Roué, président de l’OBS.

En condition insecte-proof

Les quelque 400 plants d’artichauts présents dans les tunnels de l’OBS donnent naissance à 300 croisements par an. Car l’organisme se veut aussi garant de la conservation des variétés et de la ressource génétique. Dans ce tunnel, un double sas assure des conditions insecte-proof, afin que les plantes ne se fécondent pas entre elles par les auxiliaires, mais selon les choix des techniciens de la station.

Une nouvelle variété met 15 ans avant d’être proposée aux producteurs. Ainsi, les problématiques de tolérance au mildiou ne datent pas d’aujourd’hui, l’OBS ayant pris les devants depuis plusieurs années. Pour le dernier-né de la famille des artichauts globuleux violet, le Cardinal a bénéficié en plus de ses qualités de comportement au champ de travaux sur « son épaisseur de fond, sa conservation ainsi que des analyses sensorielles ». Cet artichaut est disponible depuis quatre ans.

La génétique au service de la création variétale
« Sans recherche génétique, il n’y a plus de création variétale », rappelle Vincent Poupard, délégué régional Ouest pour le Gnis, dont la mission peut se résumer à répondre aux attentes du consommateur, à l’innovation pour accélérer la transition agro-écologique, et à protéger, enrichir et diffuser la biodiversité cultivée. À ce titre, le projet Breiz Arti de l’OBS a bénéficié de la participation financière du Gnis, pour la construction d’un nouvel abri dédié à la conservation des ressources phytogénétiques d’artichaut et de cardon.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Un commentaire

  1. Bonjour,
    Je demeure dans la petite banlieue parisienne.
    Je cherche des pieds d’artichauts.
    Savez vous ou je peu en trouver moyen finance..
    Dans l’attente d”avoir de vos nouvelles.
    Recevez mes sinceres salutations.
    Daniel pain

Bouton retour en haut de la page
Fermer