DécouvertesFinistère

Saint-Laurent, un village trégorrois dynamique

Au début de ce mois d’août, le village de Saint-Laurent, situé en Plouégat-Guérand (29), s’anime grâce à l’implication de nombres bénévoles. Cette année, c’est l’Irlande qui est à l’honneur.

L’été, saison propice à bon nombre de manifestations, voit çà et là des initiatives germer pour animer et fêter tantôt un saint, tantôt une date particulière inscrite depuis la nuit des temps dans le calendrier. La Bretagne regorge de ces réjouissances, où se mêlent bien souvent chanteurs, danseurs ou conteurs. Les dates de fest-noz remplissent les agendas des gens aux quatre coins de la région, signe d’une volonté de s’amuser ou de tout simplement se retrouver entre amis, voisins.

Traditionnellement, la population rurale avait encore l’habitude, il y a peu, de se retrouver lors de veillées, afin de danser sur un sol en terre battue au rythme des sonneurs et chanteurs, alliant ainsi divertissement et aménagement de la maison. À Plouégat-Guérand (29), le village de Saint-Laurent est tous les ans et depuis maintes décennies le théâtre de plusieurs jours de fête, avec un thème particulier développé chaque année.

Parti de zéro

La joyeuse bande de bénévoles du village de Saint-Laurent n’y va pas par 4 chemins quand il s’agit de prévoir les choses. « Le pardon de Saint-Laurent s’est arrêté en 1960. Tout est reparti en 1985, après une journée de ramassage de petites bottes de foin où nous avons décidé de relancer l’aventure », confie Jean-Yves Bourven, président du comité des fêtes du village. La première édition est un franc succès, « il a même fallu retourner puiser du lait dans le bac pour faire des crêpes », avoue le Finistérien. Les visiteurs furent alors impressionnés par l’exposition de miniatures agricoles confectionnées par Roger Lirzin, avec des reproductions fidèles de machines anciennes agricoles.

En 1989, le comité se dote d’une salle pour accueillir les festivités. Cette dernière sera utilisée jusqu’en 1998, où les normes de sécurité en vigueur ont raison du toit en préfabriqué. Pour autant, les bénévoles ne baissent pas les bras et partent alors dans un pari un peu fou, celui de créer entièrement un nouveau local qui servira d’écrin à la fête.

La salle du comité des fêtes a été construite de toutes pièces par les bénévoles. Il aura fallu 5 années de travail pour la réaliser.
La salle du comité des fêtes a été construite de toutes pièces par les bénévoles. Il aura fallu 5 années de travail pour la réaliser.

Charpente, électricité et plomberie maison

L’achat d’un terrain constructible appartenant à un bénévole au lieu-dit « Mon désir » est un signe. La première pierre est posée en 2000. Des arbres aux alentours sont abattus, travaillés dans une scierie locale pour être transformés en poteaux. « Tout a été réalisé par les bénévoles. Nous sommes riches de plusieurs corps de métiers parmi nos membres ».

Mais la fête n’attend pas la fin des travaux et un pardon se déroule alors dans une salle sans toit, laissant les fêtards admirer un magnifique ciel étoilé le temps d’un concert. Il faudra ainsi 5 années pour peaufiner l’ensemble et parvenir à un bâtiment abouti permettant de recevoir tous types de manifestations. L’union fait la force et les habitants du quartier en sont une preuve probante. L’entraide, très développée dans les chantiers de récolte, tient ici ses lettres de noblesse. Voilà maintenant douze années que le ruban d’inauguration a été coupé, un jour de juillet 2005.

Le plaisir de se retrouver et d’échanger

Les manifestations organisées à Saint-Laurent attirent une population locale qui aime cette ambiance conviviale. « C’est un rendez-vous de l’été. Les jeunes savent qu’ils vont se retrouver ». Le mélange des générations fonctionne. Rien n’est plus agréable en campagne que de s’asseoir ensemble autour d’une table bien garnie, pour échanger et se rappeler des souvenirs. Car l’Histoire n’est jamais très loin. Saint-Laurent fut durant la dernière guerre un haut lieu de résistance, c’est pourquoi en 1994 « des instituteurs et des élèves sont intervenus sur le sujet, aux côté de Simone Tocquer, jeune fille en 1944. La venue du colonel Château-Jobert cette année là, a été pour nous un grand honneur ».

Du trèfle au menu de la fête

Les festivités musicales s’annoncent entraînantes, avec le groupe irlandais Mac Carthy and Friends.
Les festivités musicales s’annoncent entraînantes, avec le groupe irlandais Mac Carthy and Friends.

Pour cet été, les organisateurs ont prévu d’animer les festivités sur fond d’Irlande, avec danseurs originaires de Lorient (56) et formant la troupe O’Dancing Eire, et les chanteurs Mac Carthy and Friends, en provenance du pays du trèfle. Parmi les nombreuses animations qui se sont déroulées pendant ces dernières années, certaines ont plus particulièrement marqué les esprits, comme la prestation d’un sculpteur sur bois à la tronçonneuse de la région d’Aix-en-Provence, du spectacle de ventriloquie d’Odile la Bretonne, ou encore du concert de la harpiste Anne Auffret dans les années 2000. Une chose est sûre : la fougue des organisateurs n’est pas près de s’estomper, les jeunes génération emboîtant déjà le pas aux anciens, sur le chemin de la bonne humeur si caractéristique du milieu rural.

Dates à retenir

Rendez-vous les 11, 12 et 13 août prochains pour 3 jours de fête. Au programme :

  • Vendredi 11 : vide-greniers dès 14 h, renseignements au 06 50 19 92 30.
  • Samedi 12 : Loto à partir de 20 h.
  • Dimanche 13 : Pardon.
    • À 11 h : office religieux avec animation musicale irlandaise.
    • 12 h : jambon à l’os (12 €).
    • À partir de 14 h : animations, jeux bretons, les chanteurs Mc Carthy & Friends, accompagnés de la troupe O’ Dancing Eire.
    • À 19 h : repas méchoui (12€) et bal populaire.

Entrée gratuite. Renseignements : www.facebook.com/comitede.saintlaurent

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer