CulturesProductions Agricoles

Trouver le couvert végétal idéal

Chacun ses critères pour le choix de l’espèce de couvert implanté en interculture. Pour aider les producteurs dans cette sélection, Arvalis a mis au point un outil simple d’utilisation.

Pour les agriculteurs, le choix des cultures intermédiaires n’est pas toujours aisé au vu du nombre d’espèces et des nombreux critères qui peuvent être pris en compte. Le nouvel outil mis au point par Arvalis guide, parmi 125 références, le ou les couverts qui conviennent le mieux à chaque situation. L’outil « Choix des couverts » est en accès libre sur le web, à l’adresse www.choix-des-couverts.arvalis-infos.fr.

En deux étapes, le choix est fait

L’outil « Choix des couverts » est accessible sur PC, tablette ou smartphone et propose une sélection en quelques clics. La première étape caractérise chaque situation pour guider le choix final : code postal, période de semis souhaitée, culture qui suivra celle du couvert et différentes cultures composant la rotation.
La seconde étape, facultative, décrit l’itinéraire de culture (mode de semis et de destruction) ainsi que les valorisations attendues selon 6 critères : impact économique, effet piège à nitrate, effet fertilisant pour la culture suivante, appétence pour les limaces, intérêt mellifère, pour la faune sauvage, pour l’ensilage/enrubannage ou le pâturage.

Une fois les critères validés, l’outil propose une sélection de couverts hiérarchisés par un score global. «Choix des couverts » met aussi en évidence l’adéquation du couvert avec chacun des critères (de « très bien adapté » à « déconseillé »).
Ainsi, les couverts les mieux évalués sont ceux qui à la fois limitent les risques de développement de maladies ou de ravageurs inféodés au système de culture (rotation, culture suivante), qui sont bien adaptés à la conduite de l’interculture envisagée (semis, destruction…) et aux objectifs attendus.

125 fiches cultures intermédiaires pour aller plus loin

34 fiches techniques « espèces pures » et 91 fiches « mélanges d’espèces commercialisés » décrivent les cultures intermédiaires selon leurs caractéristiques techniques, la faisabilité liée au système de culture, aux pratiques culturales (semis, destruction), et selon les valorisations possibles des couverts. Les fiches intègrent également une dimension régionale : selon le département, on connaîtra les périodes de semis les plus propices, et donc la faculté du couvert à piéger les nitrates (Cipan, culture intermédiaire piège à nitrate) ou à restituer l’azote dans la culture suivante (engrais vert).

Ces deux dernières caractéristiques dépendent de la biomasse produite et donc indirectement de la période de semis. Les fiches « couverts » renseignent également sur le mode de semis et de destruction, mais aussi sur les différentes valorisations possibles en culture dérobée (valorisation en pâturage, ensilage et enrubannage), sur la faculté à limiter les limaces, à favoriser les pollinisateurs et la faune sauvage.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer