La combinaison de 2 systèmes de ventilation dans leur poulailler

Après 21 jours, la ventilation passe en longitudinale, avec tout d’abord le ventilateur progressif situé en haut puis les 5 turbines de 41 000 m3/h viennent compléter suivant les besoins en renouvellement d’air. - Illustration La combinaison de 2 systèmes de ventilation dans leur poulailler
Après 21 jours, la ventilation passe en longitudinale, avec tout d’abord le ventilateur progressif situé en haut puis les 5 turbines de 41 000 m3/h viennent compléter suivant les besoins en renouvellement d’air.

Pour la construction de leur poulailler, Edwige Huard et Frédéric Dutertre ont opté pour une ventilation de type bilatérale pour un démarrage sans dépression.  Après 21 jours, ils basculent progressivement sur la ventilation longitudinale.« Les jeunes éleveurs de volailles sont souvent plus ouverts à de nouveaux schémas de ventilation », lance Nicolas Fontaine, technico-Commercial chez Sodis (Sodalec Distribution). En effet, Edwige Huard et Frédéric Dutertre, de Saint-Aignan (72), n’avaient pas d’a priori sur le sujet puisqu’ils ne sont pas issus du milieu de l’élevage. La construction du poulailler de 1 500 m2, polyvalent poulet/ dinde, s’est faite en vue de l’installation d’Edwige Huard qui conserve un travail à mi-temps à l’extérieur. Frédéric, de son côté travaille à plein-temps, il apporte son aide lors des gros travaux comme le lavage.  Le couple a investi 330 000 € dans ce projet, soit 220 €/m2. « Ce type d’installation se fait beaucoup en Vendée et Pays de la Loire et des éleveurs bretons commencent à s’y intéresser », déclare Christophe Balcou, commercial chez Sodis.Un bâtiment facile à appréhenderÀ l’arrivée des animaux, la ventilation est assurée par 3 ventilateurs progressifs Ecowind de 11 500 m3/heure de diamètre 630 mm placés au milieu du bâtiment sur la longueur. « Les trappes sont alors gérées par un moto-réducteur (moteur 24V pas à pas sans potentiomètre de recopie), les 2 canons extérieurs de chauffage avec des bouches à 90° placés en opposé des ventilateurs forment 2 demi-boucles. Celles-ci sont relayées par 2 brasseurs pour que les 2 circuits se finissent au niveau des 3 ventilateurs et que le chauffage soit homogénéisé dans tout le poulailler », explique Christophe Balcou.Le démarrage se fait en fonction du besoin réel des animaux et sans dépression. « C’est un bâtiment assez facile à appréhender lorsque l’on est novice dans la production…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article