Machinisme et équipements

L’hydrogène utilisé pour désencrasser les moteurs

Plus écologique et plus économique que les produits chimiques, le décalaminage par hydrogène est désormais proposé sur les moteurs de tracteurs.

Qu’ils fonctionnent avec de l’essence ou du diesel, les moteurs à combustion s’encrassent de résidus charbonneux – la calamine – qui s’accumulent dans le moteur, avec à la clé davantage de consommation de carburant, de pollution et de pannes. « La calamine est accentuée dans les moteurs actuels du fait des filtres à particules et des plus fortes températures : des évolutions mises en place contre la pollution de l’air », explique Christophe Gandeboeuf, de la société Prodiagtech, spécialiste du diagnostic moteur. Les petits parcours, les faibles régimes moteurs, l’éco-conduite ou encore la nature du carburant favorisent également l’accumulation des résidus.

Une consommation moindre

Jeudi 3 mars, sur le site de la SARL Even-Lefeuvre à Treffendel (35), le nettoyage des moteurs par hydrogène a été présenté et testé sur le tracteur de Vincent Couvert, éleveur laitier à Montfort-sur-Meu. Le passage au banc d’essai tracteur, outil développé par Aile et les Fédérations de Cuma de l’Ouest, a été réalisé avant et après le décalaminage du moteur. « Ce tracteur de 93 CV approchant des 10 000 h a montré un manque de puissance de 5 CV et un régime moteur à 2 250 tours/min, alors qu’il devrait être à 2 350 », synthétise Jordan Courtillon, technicien machinisme Aile. Comme le tracteur fait régulièrement du travail du sol et des transports, l’encrassement n’est sans doute pas très important. Le nettoyage n’a pas augmenté la puissance, mais la consommation a chuté de 0,5 L/h, soit un gain de 200 L pour un tracteur faisant 400 h/an.

À partir d’eau déminéralisée

Cette solution a été mise au point par la société Flexfuel Energy Development qui fabrique en France et commercialise les machines produisant l’hydrogène. « De l’eau déminéralisée (H2O) est envoyée dans un générateur qui produit de l’hydrogène (H2), un gaz inodore et incolore. Ce dernier est dirigé au niveau de l’admission d’air et est aspiré par le moteur. Il est mélangé au carburant et à l’air. La machine produit de l’hydrogène en continu pendant toute la durée du traitement : environ 1,5 heure pour un tracteur », détaille Rodolphe Marmin, directeur technique de Flexfuel.

L’injection d’hydrogène est déjà utilisée sur les bateaux de pêche et les locomotives pour diminuer la consommation de carburant. « Nous nous sommes rendu compte que les moteurs utilisant ce gaz ne s’encrassaient pas. D’où l’idée de l’utiliser comme agent de nettoyage sur les voitures, les camions, et aujourd’hui les tracteurs. » Intéressé par cette technique, Christophe Gandeboeuf souhaiterait la proposer aux agriculteurs en intervenant dans des garages et concessions. « Compris entre 69 et
99 € pour une voiture, le coût pourrait se situer autour de 200 – 250 € pour un tracteur. »

Nouvelle concession Lindner

« Nous avons organisé cette présentation du décalaminage à l’hydrogène dans le cadre du lancement de notre activité de concession pour les tracteurs Lindner », souligne Gérard Even, gérant de la SARL Even-Lefeuvre (10 salariés), également agent Class et JCB. « Nous avons aussi proposé à nos clients de passer leurs tracteurs au banc d’essai des Cuma. » Sur deux jours, une dizaine d’engins ont réalisé ce « bilan de santé » qui en trois-quarts d’heure permet de connaître notamment la puissance et la consommation de son tracteur. Des conseils sont donnés pour retrouver des performances et réduire la consommation, par exemple un diagnostic sur les injecteurs ou une reprogrammation… Le retour à la concession est parfois envisagé. Le nettoyage à l’hydrogène sera une autre solution.

Mots-clés
Bouton retour en haut de la page
Fermer