Dossiers

Voyage en Californie laitière

Des vaches plus compétitives

Ces Californiens ont le sens de l’accueil. Jack et Kurt, avec leur père Bill, ont dressé la table et la tonnelle au milieu des vaches. Au menu : de la glace maison avec du lait de l’élevage.

La Californie se situe à la même latitude que le sud de l’Espagne. À la belle saison, les températures affichent rapidement les 30 °C dans le comté de Stanislaus. Une température qui incite à manger de la crème glacée onctueuse, préparée par la famille Hoeckstra, avec du bon lait de ferme californienne. La bonne conjoncture incite à la sérénité chez ces éleveurs. « Le prix du lait est vraiment bon », relevait au printemps Jack qui livre sa production à une fromagerie.

Dans cet élevage, le troupeau de 1 500 vaches est mené par deux frères, assistés du père et de 14 salariés. Un vrai métier que de gérer cette main-d’œuvre comme le fait remarquer Kurt qui lâche cette phrase pleine d’humour mais qui traduit néanmoins une difficulté réelle : « Il est plus facile de manager des vaches que des salariés ». Et d’expliquer qu’en Californie, pour gagner sa vie, « il faut travailler de 5 h du matin à 19 h le soir. Et de lâcher : « In France you enjoy your time » (En France vous appréciez votre temps… libre). Ce n’est certainement pas demain que ces Américains vont apprécier le temps français : depuis quelques mois, ils ont repris une ferme de 1 500 places à 3 km où se sont installés Kurt et sa famille…

Jack et Kurt, avec leur père Bill, ont dressé la table et la tonnelle au milieu des vaches
Jack et Kurt, avec leur père Bill, ont dressé la table et la tonnelle au milieu des vaches.

Conduite en 7 groupes

Les vaches sont conduites en 7 groupes. Les laitières en 1re lactation sont menées à part, ainsi que celles en 2e lactation. Actuellement, la moyenne de lactations réalisées par les vaches est proche de 3. « Parce que nous avons accéléré les réformes jusqu’à 40 %. Aujourd’hui, nous redescendons tranquillement autour de 35 % et bientôt 30 % ». La famille Hoeckstra s’est également orientée vers le croisement des races. La visite de l’élevage révèle des vaches particulièrement lourdes, massives. « C’est intéressant quand le prix de la viande est élevé comme maintenant ». Mais là n’est pas le principal argument retenu par les éleveurs : « Les vaches sont plus compétitives ». Et d’insister sur la rusticité, la tonicité, la plus grande aptitude à reproduire. Autant d’atouts pour ces troupeaux qui sont conduits de manière très intensive. 

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer