Productions Agricoles

La moisson est mûre à l’Est Bretagne

La moisson a démarré la semaine dernière sur les secteurs précoces en orge et colza.

Ce début de mois de juillet donne le départ des chantiers de récolte de céréales. « Sur un secteur de Vitré à Lorient, 5 à 15 % des colzas et des orges sont récoltés » annonce Jean-Marc Le Roux, animateur régional à l’Union Régionale des Entrepreneurs de Bretagne. Ce démarrage ne permet pas encore d’estimer un rendement moyen. Les céréales récoltées sont toutefois sèches : humidité comprise entre 11,5 et 14,7 %. Les poids spécifiques, entre 66 et 71, affichent des valeurs correctes. « La norme orge est de 64 à 68 de PS. Elle est bien souvent dépassée cette année. Les prochaines pluies pourraient faire diminuer ce PS en gonflant le grain, grain qui perdra en poids spécifique quand il sèchera. La pluie de ce début de semaine a en revanche été bénéfique puisqu’elle a permis d’attendre une bonne maturité » indique Christophe Bernard, responsable du point de collecte de Triskalia à Saint Juvat (22), qui estime les volumes de collecte d’orge entre 1 800 et 2 000 tonnes cette année sur son secteur. Les bons poids spécifiques des céréales récoltées peuvent être expliqués par les faibles précipitations de juin.

Cette bonne maturité permet également une rapidité des chantiers, selon Gilles Bedel, de la SARL Bedel de Saint-Juvat (22), « la culture, bien mûre, s’ébarbe facilement. Je constate une simplicité de battage cette année ». La variété précoce à 2 rangs Augusta battue ce jour-là présente une semaine d’avance en maturité. Ce secteur précoce verra ses chantiers d’orge étalés sur deux semaines.

Pas de risque d’égrainage

Les fréquentes averses de ces derniers jours n’ont pas de conséquences néfastes pour la culture. Il faut en effet des grosses averses d’orage ou de grêle pour faire égrainer la plante, conjuguées à de bonnes rafales de vent. Aucune parcelle ne semble avoir souffert de ces symptômes pour l’instant.

Le colza attend

Certaines parcelles de colza auraient pu être récoltées en ce début de semaine. Les précipitations de lundi et mardi ont mis au repos les moissonneuses. Il faut maintenant 2 à 3 jours de temps sec et ensoleillé pour redémarrer les chantiers. « Le colza est une culture où il faut être patient. Les grosses siliques se situent au pied du plant et il faut donc attendre la maturité entière de la plante » selon Christophe Bernard. Les blés précoces seront quant à eux battus fin de semaine, si le temps le permet. Fanch Paranthoën

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer