Energies et environnementPolitique et Syndicalisme

27 % d’énergies renouvelables en 2030

La Commission européenne a présenté le 22 janvier un projet pour 2030 qui accélère la production d’énergies renouvelables et la réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

La Commission européenne a proposé le 22 janvier de porter à 27 % la part d’énergies renouvelables dans l’UE et à 40 % la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) en 2030 mais sans fixer de contraintes aux États membres. Pour le moment, la directive climat-énergie prévoit d’atteindre 20 % d’énergie renouvelable et une réduction de 30 % des émissions de GES d’ici 2020, ce qui devrait rester la référence pour l’agriculture.

Compromis

Pour atteindre ces objectifs, la Commission de Bruxelles veut mettre en place un nouveau système de gouvernance qui veillera à ce que les plans nationaux de développement énergétique établis en commun entre les Vingt-huit soient cohérents avec les orientations que s’est fixé l’UE. Il est plus facile de laisser une certaine souplesse aux États membres « car nous avons atteint un stade de développement des énergies renouvelables bien plus avancé qu’il y a quelques années », justifie José Manuel Barroso, président de la Commission. En fait, plusieurs commissaires, notamment l’Allemand Günther Oettinger (Énergie), l’Italien Antonio Tajani (Industrie) et le Polonais Janusz Lewandowski (Budget), voulaient limiter à 35 % la réduction des émissions de GES pour défendre la compétitivité industrielle de l’UE. Ils ont été soutenus par les pays et secteurs de l’industrie gros consommateurs d’énergie. À titre de compromis, aucun objectif contraignant n’a été imposé.

Coup de frein sur les biocarburants

Afin de laisser cette « souplesse » aux États membres, la nouvelle proposition ne prévoit pas de modification de la directive sur la qualité des carburants et aucun sous-objectif dans le secteur des transports n’est pour le moment envisagé. Pour l’industrie des biocarburants, cette absence de signal va donner un coup de frein aux investissements dans le secteur. La production devrait stagner à environ 8,5 % de l’énergie consommée dans les transports à partir de 2020. « Les seuls gagnants seront les industriels des combustibles fossiles », estime ePure qui représente les intérêts des producteurs de bioéthanol à Bruxelles. Pour le Bureau européen du biodiesel (EBB) « si les objectifs en matière de biocarburants ne sont pas renforcés au-delà de 2020 (…), les investisseurs vont fuir les biocarburants et en particulier les recherches dans les biocarburants avancés ». De manière générale, « cet objectif traduit une progression plus faible que pour la période 2007-2020, regrette, en France, le Syndicat des énergies renouvelables, alors même qu’à l’horizon 2020, les filières des énergies renouvelables auront accompli une grande partie de leur courbe d’apprentissage ».

Coût de l’électricité : les énergies renouvelables disculpée

La plupart des pays de l’UE ont freiné ces dernières années leurs soutiens à la production d’électricité solaire et éolienne, estimant que ces aides étaient responsables de l’augmentation des prix d’électricité. Ce que dément une étude présentée par la Commission européenne en marge de ses propositions sur un nouveau paquet climat-énergie pour 2030 qui pointe la part des impôts et des prélèvements ainsi que la hausse des coûts de réseau. « Parmi tous les facteurs qui ont été étudiés pour expliquer la hausse des coûts de l’énergie, la politique climatique de l’UE est dans le bas de la liste », a précisé le commissaire européen à l’énergie, Günther Oettinger.

Réchauffement

Alors que se profile la conférence internationale sur le climat de Paris en décembre 2015 – à l’issue de laquelle doit être signé un accord contraignant sur la réduction des émissions mondiale de GES afin de limiter le réchauffement à 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle – Bruxelles veut positionner l’UE en tant que leader de la lutte contre le réchauffement climatique mais sans aller trop loin. Des objectifs plus ambitieux pourraient être acceptés si le reste du monde s’engage sur la même voie que l’Europe.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer