Economie, marchés et gestion

Le poids des signes de qualité en Bretagne

L’observatoire économique des signes d’identification de la qualité et de l’origine (Siqo) en Bretagne publie son 1er mémento. L’objectif ? Mettre des chiffres sur ces produits alimentaires, bien présents dans la région.

En 2020 en Bretagne, 3 620 exploitations sont en agriculture biologique (13,6 % du total) et 3 850 producteurs et entreprises sont inscrits dans des cahiers des charges Siqo. C’est un des premiers constats issus de l’observatoire, fruit d’une collaboration entre les Chambres d’agriculture, l’Inao, la Draaf, la Frab, IBB et soutenu par la Région Bretagne.

Label Rouge, AOC/AOP (Appellation d’origine contrôlée/protégée), IGP (Indication géographique protégée) et STG (Spécialité traditionnelle garantie) : 72 produits bretons bénéficient d’un signe d’identification de la qualité et de l’origine (Siqo), dont 48 produits carnés et œufs. « Les volailles de chair sont fortement représentées avec 26 Labels Rouges et 2 IGP. Pour la viande bovine, l’essentiel est en Label Rouge. Et l’agneau de prés-salés du Mont-Saint-Michel fait partie des AOP les plus emblématiques de Bretagne », soulignent les responsables.
Cinq Labels Rouges sont présents en filière porcine. Sur ce créneau, la production de porcs est en hausse de 33 % entre 2019 et 2020 et les produits de charcuterie, de 15 %. En légumes, citons le Coco de Paimpol qui est en AOP depuis 1999 et l’Oignon de Roscoff depuis 2013. La fraise compte aussi une filière Label Rouge et la farine de blé noir de Bretagne une IGP. Les produits de la mer sous signes de qualité sont aussi bien présents dans la région qui en totalise 12 sur les 33 en France.

« L’image d’une agriculture de masse colle à la peau de la Bretagne. Pourtant, nous savons qu’une montée en gamme est engagée. Cet observatoire va nous permettre de chiffrer, année après année, l’économie liée aux Siqo », déclare André Sergent, président de la Chambre régionale d’agriculture. Il précise que ces produits ne pourront pas correspondre à l’ensemble des filières agricoles. « Ils doivent avoir des débouchés et être mieux rémunérés pour faire face à des coûts de production plus importants ».

Faire connaître et protéger
« Dans l’alimentation, il ne faut pas oublier le plaisir. Cela passe par la connaissance de ce que l’on mange et la protection des produits confectionnés sur les territoires », précise Loïg Chesnais-Girard, président de Région. Il a ainsi mis en avant l’intérêt des Siqo lors d’un point presse qui a été suivi de la remise des médailles bretonnes du Concours général agricole 2022, le 20 mai au siège de la Région à Rennes.

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer