EditoSur abonnement

Rareté

Une page se tourne. Celle de l’abondance et des prix bas. Comme tout sevrage, celui-ci s’annonce brutal. D’autant plus que la sortie du Covid en juin 2020 a surjoué la marotte de l’opulence et du pas cher. Souvenons-nous : il y a deux ans, le baril de pétrole était passé sous la barre inconcevable du zéro dollar ;…

Cet article est réservé aux abonnés numériques.
Pour lire la suite…
Connectez-vous ou Abonnez-vous

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer