ÉlevageEn brefTop

Élevage des veaux : nos conseils pour optimiser alimentation et santé

Article écrit/proposé par JOSERA

Les températures froides de l’hiver impactent l’organisme du veau. En conséquence, leurs besoins nutritionnels sont plus importants.
Une buvée et une gestion optimale sont essentielles pour éviter toute complication.

 

Sommaire

  • Quels sont les impacts de l’hiver sur les veaux ?
  • Quels sont les risques pour l’exploitant ?
  • Comment bien nourrir ses veaux ?
  • Check-list pour l’élevage des veaux en hiver
  • L‘expertise JOSERA

 

Quel sont les impacts de l’hiver sur les veaux ?

Un besoin plus important par rapport à un apport en nutriment trop faible impacte négativement le GMQ et affaibli le système immunitaire. Des agents pathogènes se propagent plus facilement ce qui accroît le risque de maladie pour le veau.

Ainsi, la prévalence de diarrhées précoces et de pneumonies altère le développement physiologique du veau.

Quels sont les risques pour l’exploitant ?

Un GMQ réduit peut entraîner des pertes financières conséquentes pour l’éleveur au même titre que des frais de vétérinaires importants, un rendement laitier plus faible ou un âge plus avancé au premier vêlage. Plusieurs études ont démontré l’existence d’un lien entre GMQ du veau et futures performances laitières.

Comment bien nourrir ses veaux ?

Les buvées doivent être adaptées en fonction du stress provoqué par le froid. En situation normale, l’aliment d’allaitement est concentré à 140g/l d’eau. Dès que les températures sont inférieures à 5°C, il est alors recommandé d‘augmenter la dose à 160 g/l d’eau et la quantité des buvées de 20%.

Attention à ne pas confondre poids et volume de poudre de lait. Il est conseillé de peser la poudre de lait avec une balance pour bien vérifier la quantité.

Check-list pour l’élevage des veaux en hiver

  • Le colostrum doit être administré en quantité suffisante (3 litres) dans les premières heures après le vêlage
  • Veiller à ce que les veaux aient un poil bien sec en utilisant une lampe chauffante.
  • Lors des 3 premières semaines de vie, des couvertures peuvent être utilisés sur les veaux, surtout quand les températures descendent en dessous de 5°C.

Attention : laver les couvertures après chaque utilisation et s’assurer que le veau ne soit pas mouillé ou humide avant de le couvrir.

  • Il est important de contrôler la température des buvées ! Celle-ci doit correspondre à la température corporelle du veau. Autrement le veau perd inutilement de l‘énergie pour réchauffer la buvée à la température du corps.
  • Si vous mettez de l’eau à disposition des veaux, il est conseillé de la réchauffer pour éviter au veau des dépenses d’énergie inutiles pour réchauffer l’eau.
  • La concentration énergétique de la buvée peut être augmentée à l’aide d’un aliment d’allaitement. Un bon équilibre entre le taux protéique et le taux de carbohydrate est essentiel pour un apport énergétique idéal.

L’utilisation d’un aliment d’allaitement avec une teneur énergétique plus importante n’est pas seulement recommandée en hiver

  • Il est conseillé d’augmenter la quantité d’aliment d’allaitement à 160 g/l d’eau si les températures sont inférieures à 5°C. Il est aussi possible d’augmenter la quantité des buvées de 20% ou d’accroître la fréquence des buvées.

→ L’élevage intensif des veaux a un impact positif sur le développement et sur la performance des futures vaches laitières.

  • Une litière sèche et propre réduit le risque de contamination. Plus généralement, il faut faire attention à  l’hygiène du bâtiment destiné aux veaux.
  • Veiller à fournier aux veaux une quantité de paille suffisante pour qu’ils puissent bien se protéger en créant un nid de paille.
  • Les veaux doivent être abrités des courants d’air pour ne pas souffrir de pertes de chaleur. Sinon ils dépensent de l’énergie pour se réchauffer ce qui impacte le GMQ négativement.

L’humidité dans l’air provoque également une perte d’énergie.

  • Il est conseillé de vérifier la température corporelle des veaux afin de s’assurer qu’ils ne souffrent pas de fièvre et de leur bonne santé générale.

josera image 2

L’expertise JOSERA :

Nous recommandons l’utilisation de l’aliment d’allaitement JOSERA IgluVital dans les premières semaines après la naissance.
En cas d’une alimentation au lait entier, une complémentation avec JOSERA VitalTrunk est pertinente, afin d’équilibrer les carences en vitamines et oligoéléments.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer