Les exportations bretonnes chutent vers le Royaume-Uni

10332.hr - Illustration Les exportations bretonnes chutent vers le Royaume-Uni
Les exportations de viandes de boucherie sont en forte baisse, sans doute en lien avec le manque de main-d’œuvre outre-Manche.

Les exportations bretonnes vers le Royaume-Uni sont en forte chute suite au Brexit, notamment les viandes de boucherie et les produits laitiers. Par contre, les légumes se vendent mieux outre-Manche sur 2021. « Les exportations de produits agricoles et agroalimentaires bretons vers le Royaume-Uni sont en baisse de 12 % sur 2020 par rapport à 2019 », a chiffré Delphine Scheck, économiste à la Chambre régionale d’agriculture, lors du « Rendez-vous Éco-Emploi » d’Ille-et-Vilaine le 16 novembre. « Sur les 9 premiers mois de l’année 2021, elles sont encore en recul : de 8 % et de 19 % par rapport à la même période, respectivement en 2020 et 2019. » Toutefois, « c’est surtout le premier trimestre 2021 qui a été compliqué avec des charges administratives supplémentaires et des difficultés logistiques. Il y a eu un rebond au 2nd trimestre et une stabilité au 3e trimestre. Les entreprises bretonnes s’adaptent. » Cruel manque de main-d’œuvre De son côté, le Royaume-Uni rencontre de grosses difficultés à exporter sur l’Union européenne. Et la main-d’œuvre fait défaut dans le pays. « Le manque de chauffeurs routiers est estimé à 100 000, de bouchers à 15 000. Au printemps, les légumiers ont été contraints de laisser des productions au champ du fait du manque de travailleurs. » Cette situation entraîne des ruptures de stocks de produits alimentaires et de carburants. Plus spécifiquement sur les viandes, le recul des exportations bretonnes au Royaume-Uni est de 14 % sur les 9 premiers mois 2021 par rapport à la même période en 2019. Mais des disparités existent selon les catégories. « Pour les viandes de boucherie, la baisse est de 43 %, sans doute en lien avec le manque de main-d’œuvre dans le pays. Les produits transformés à base de viande augmentent quant à eux de 51 %. En volailles, la chute est de 4 % mais ne devrait pas durer du fait du manque de produits et de l’arrivée…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article