Développer l’herbe pour être moins dépendant des intrants

10079.hr - Illustration Développer l’herbe pour être moins dépendant des intrants
L’herbe pâturée représente actuellement 50 % de la ration dans l’exploitation de Valentin et Stéphane Rohon.

Après une saison d’herbe exceptionnelle, Stéphane et Valentin Rohon s’apprêtent à entamer la période hivernale avec sérénité. Leur évolution vers un système plus herbager les rend moins dépendants des fluctuations des prix des intrants. « Je n’ai jamais vécu une saison d’herbe comme celle-là », explique Stéphane Rohon, installé à Planguenoual (22) depuis 1997. Il est vrai que malgré un début de printemps très peu poussant, la pousse de l’herbe s’est globalement très bien maintenue pendant l’été et ce début d’automne. Pour le secteur séchant qu’est la Baie de Saint-Brieuc, c’est totalement exceptionnel. Stéphane et Valentin Rohon ont su profiter pleinement de cette situation pour produire du lait à moindre coût. S’ils ont toujours conservé un fond de maïs ensilage à l’auge, ils n’ont distribué aucun concentré pendant plus de 6 mois, du 1er avril au 18 octobre. « Par rapport à un été normal, nous avons économisé environ 10 tonnes de correcteur azoté », précise son fils Valentin. « Même si nous avons produit légèrement moins de lait que l’année dernière sur la même période, nous sommes mieux en trésorerie », ajoute Stéphane Rohon. La saison de pâturage n’est pas terminée En ce moment, l’herbe pâturée représente encore la moitié de la ration. Le maïs ensilage qui représente l’autre moitié est distribué dans la matinée, une fois que les vaches sont parties au champ. Les agriculteurs les ramènent vers 16 h avant la traite, qui commence vers 17 h 15. Les vaches ont ainsi environ 1 h 15 pour consommer leur ration de maïs qu’elles finissent le lendemain matin après la traite. La ration est complétée par 1 kg de correcteur azoté auquel est incorporé 8 % de minéral. Pour les deux associés, la ration semble équilibrée, la production laitière est satisfaisante avec 20,5 L/VL/jour ainsi que les taux avec 43 g /L et 33,5 g/L. Augmenter l’enrubannage dans la ration d’hiver Pour les 2 agriculteurs qui…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte


Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article