Economie, marchés et gestion

Sous le signe des transitions

L’édition 2021 de l’assemblée générale de la Caisse de Bretagne de Crédit Mutuel Agricole était placée sous le signe des transitions. Une thématique dans l’air du temps et que la branche agricole du Crédit Mutuel de Bretagne a su traduire en actions. Preuves à l’appui ! 

Chaque année, l’assemblée générale (AG) de la Caisse de Bretagne de Crédit Mutuel Agricole clôture le bal des AG des différentes composantes du groupe coopératif Crédit Mutuel Arkéa. Et celle de l’entité agricole a la réputation – méritée – d’être la plus conviviale. Si la tradition a bien été respectée côté calendrier, pour le volet échanges il a fallu composer, Covid oblige, avec les restrictions sanitaires. C’est donc via les écrans de leurs ordinateurs que les invités de cette édition 2021 tenue à huis clos ont pu suivre la manifestation retransmise en direct.

Pour Dominique Trubert, élu à la tête de la Caisse de Bretagne en septembre dernier, cette AG constituait une première. Et le Brétillien a d’ailleurs tenu à remercier l’ensemble des membres du conseil d’administration, Christian Péron, son prédécesseur à la présidence, ainsi que Philippe Rouxel, le directeur général du Crédit Mutuel de Bretagne, « pour le soutien et la bienveillance » témoignés depuis sa prise de fonction. Effectuant un tour d’horizon de l’année écoulée, il a rappelé combien la pandémie a contribué à remettre en lumière « la vocation nourricière, fonction première de l’agriculture ». Et le président de la CBCMA de retenir que, dans cette période délicate, la profession a été « au rendez-vous de l’histoire ».

Un plan stratégique ambitieux

Sur le plan bancaire, le monde agricole a continué d’investir, démontrant une remarquable faculté de résilience. « En 2020, le CMB a ainsi injecté dans l’économie agricole près de 490 millions d’euros de prêts à moyen et long terme », a souligné Philippe Rouxel, directeur général du CMB et directeur de la CBCMA. Conscient de l’enjeu du renouvellement des générations, l’établissement coopératif demeure très actif sur le front de l’installation et a accompagné l’an passé 144 jeunes dans leurs premiers pas professionnels. Désireux de jouer pleinement son rôle de partenaire de l’agriculture régionale, il s’est doté d’une gamme variée de dispositifs facilitant l’installation, comme la formule d’achat différé du foncier élaborée en partenariat avec la Safer et le concours de la Région Bretagne. Résolument tourné vers l’avenir, le CMB a joué également un rôle moteur dans la signature du premier contrat privé de paiement pour services environnementaux (PSE) en Bretagne (gestion des eaux de ruissellement dans le pays de Quimper).

Et c’est avec cette même volonté d’aider et d’épauler les agriculteurs dans les multiples transitions qu’ils doivent affronter que le volet agricole du nouveau plan à moyen terme (PMT) du CMB a été conçu. Véronique Letort, présidente de la section costarmoricaine de la Caisse de Bretagne, et François L’Haridon, son homologue finistérien, ont été chargés de piloter la consultation réalisée en amont de l’élaboration de ce PMT. Vision du métier, défis à relever, perception des attentes sociétales… La matière première recueillie, très riche, a ensuite été exploitée pour donner naissance à un plan ambitieux qui s’inscrit dans le temps long, en parfaite résonance avec la raison d’être Arkéa. « Ce plan s’articule autour de trois axes stratégiques, a expliqué Alain Poupon, directeur du CMB pour le Morbihan. D’abord, accompagner les initiatives de modernisation, de diversification de revenus et d’amélioration des conditions de travail. Ensuite, être acteur du renouvellement des générations en préservant le modèle d’une agriculture familiale. Et, enfin, encourager et faciliter la transition agro-responsable des exploitations ». Un PMT que le CMB, bien déterminé à ne laisser personne au bord du chemin, a voulu inclusif.

Des changements déjà en cours

En intitulant son AG « Transitions en actions », la CBCMA a aussi voulu monter que le changement était déjà en marche. Première illustration concrète avec le groupe coopératif Eureden qui a souscrit, auprès d’Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels, un financement intégrant des critères sociaux et environnementaux. Critères qui font l’objet d’une vérification annuelle attestée par un tiers indépendant. Cette volonté d’être acteur des mutations se retrouve également dans l’Initiative nationale pour l’agriculture française. Arkéa est l’un des quatre établissements agréés à l’échelon national pour diffuser ce fonds de garantie destiné aux projets visant la montée en gamme, la création de valeur ajoutée et la transformation des systèmes de production. Avec, dans le même temps, l’objectif de soutenir le renouvellement des générations, via l’installation de nouveaux agriculteurs. Réellement déployé à partir de mars 2020, dans un contexte sanitaire pourtant peu propice, le produit a trouvé son public. Côté Arkéa, quelque 250 agriculteurs en ont ainsi déjà bénéficié. Preuve qu’il répond à un véritable besoin, comme l’a souligné Alain Godard, directeur du Fonds européen d’investissement, qui intervenait depuis le Luxembourg.

De transition, il fut aussi en question en clôture de la manifestation avec l’intervention de Jean-Pierre Denis, à qui le Costarmoricain Patrick Le Provost vient de succéder à la présidence du Crédit Mutuel de Bretagne. Le désormais président d’honneur du CMB a ainsi rendu hommage à la Caisse de Bretagne, « incarnation de la banque territoriale » et qui, quatre-vingt-quinze ans après sa création, représente « un bel exemple d’intelligence collective et de vitalité coopérative ! »

Jean-Yves Nicolas

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer