L’élevage laitier transféré sur le site de la méthanisation

dd8919.hr - Illustration L’élevage laitier transféré sur le site de la méthanisation
L’élevage a été totalement transféré sur le site de la méthanisation en 2019.

En investissant dans une unité de méthanisation en 2014, Christophe et Séverine Aubry avaient déjà en tête d’y recréer un élevage laitier flambant neuf pour quitter le siège d’exploitation où le développement n’était plus possible. Dès 2009, Christophe Aubry et son épouse Séverine se sont intéressés à la méthanisation avec l’idée première de se diversifier tout en envisageant un transfert de l’élevage laitier sur le site de la méthanisation qui serait construit à 800 m du siège d’exploitation situé à Saint-Brandan (22). « L’élevage, qui date de mes parents, est situé à 50 m d’une maison d’habitation. Et, avec un lotissement juste à proximité, cela n’était donc pas possible de se développer. Avec 30 vaches, cela passait mais avec 85 ce n’était plus possible, le bâtiment était trop petit et totalement fermé. Avec nos deux robots de traite et 85 vaches nous avions du mal à produire notre référence laitière de 850 000 litres », livre Christophe Aubry. [caption id=”attachment_56019″ align=”aligncenter” width=”720″] Christophe Aubry, agriculteur/méthaniseur à Saint-Brandan.[/caption] La puissance doublée après 4 ans de fonctionnement L’unité de méthanisation par cogénération de 100 kW de puissance est mise en route en 2014. L’investissement est alors de 1 million d’euros avec les subventions de l’Ademe, de la Région et du Département à déduire qui frôlent les 30 %. Le projet a été dimensionné en fonction des intrants disponibles sur l’exploitation : fumier, lisier, cultures intermédiaires à vocation énergétiques (Cive) ainsi que quelques déchets de céréales provenant d’une coopérative et des déchets de pelouse de la commune. « Finalement j’avais la matière pour produire plus. En 2018, nous avons réinvesti 600 000 € en installant un deuxième moteur de 100 kW. L’ancienne fosse de stockage a été transformée en post-digesteur et nous avons construit une nouvelle fosse de stockage de 3 600 m3. Nous avons aussi ajouté un broyeur de matière à la sortie du bol d’incorporation…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte

Already a member? Connectez-vous ici

Les commentaires sont désactivés.

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article