ÉlevageSur abonnement

Le prix des œufs à un niveau très bas

Le prix des œufs coquille et ceux destinés à l’industrie sont à un niveau très bas depuis l’été dernier, une situation qui fragilise les éleveurs sans contrat.

La production d’œufs sur l’année 2020 est en forte hausse en France avec + 7,4 % par rapport à 2019. Une production qui devrait rester élevée au 1er trimestre 2021. Au niveau européen, on est plutôt sur une baisse avec – 1,7 % de mises en place en 2020. « La consommation et le prix des œufs coquille ont augmenté lors du 1er confinement puis le prix a fortement chuté depuis l’été. Depuis le mois d’avril 2020, le prix des œufs destinés à l’industrie a énormément baissé et il reste à un niveau très bas », rapporte Benoît Roncin, conseiller entreprise au Cerfrance. Il ajoute : « Après une période 2017/2018/2019 plutôt favorable, les tendances commerciales vont fragiliser quelques situations, et contribuer à accélérer la sortie des cages. »

Un nouveau cahier des charges en bio

L’année 2021 débute en situation de crise pour les producteurs non couverts par les contrats avec un prix des œufs bas et un prix de l’aliment élevé. « Le virage sera compliqué financièrement pour les élevages à qui il reste plusieurs années d’annuités sur les cages bien-être de 2012 », signale le conseiller de Cerfrance. Malgré tout, les perspectives à moyen terme semblent favorables. L’évolution de la production vers de l’alternatif va contribuer à la diminution de l’effectif de pondeuses. « Des capacités de production supplémentaires devraient être nécessaires dans les années à venir notamment en plein air. » Le marché de l’œuf bio est temporairement peu actif avec des stocks et des difficultés d’écoulement. « L’actualité réglementaire est forte avec le nouveau cahier des charges bio européen. Il exige un accès au plein air pour les poulettes, l’augmentation du lien au sol de 20 à 30 %, de nouvelles règles sur le parcours (distances aux trappes, aménagements…), une alimentation 100 % bio, une modification des densités… L’application de ce règlement sera progressive à compter de 2022 jusqu’en 2029 », indique Manuel Lacoquerie, de Cerfrance.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer