ÉlevageFinistère

La Led, une idée brillante

Le positionnement des points lumineux dans un bâtiment laitier ne se réalise pas au hasard. Un logiciel d’étude permet de déterminer et de dimensionner au mieux ces sources de lumière, équipées de Led.

« Comparé à un néon classique, les Led ont une durée de vie estimée à 50 000 heures, avec une intensité constante », note David Charles, gérant de C. Tech, entreprise de Loc-Eguiner-Saint-Thégonnec (29) spécialisée dans l’électricité et la plomberie des bâtiments d’élevage.

2 €/jour avec des Led

Les Led supplantent désormais les autres systèmes d’éclairage, avec des consommations énergétiques très basses tout en conservant un confort de travail pour les éleveurs. Globalement, éclairer un bâtiment à l’aide de tubes néon classiques coûte 10 €/jour, les Led abaissent ces consommations à 2 €/j.
L’artisan travaille de pair avec son fournisseur Yesss Electrique, qui calcule précisément les besoins d’éclairage en passant par un logiciel qui détermine la puissance et le positionnement des points lumineux à installer.

Chasser les zones d’ombre

La configuration de l’édifice est prise en compte. « Il est possible d’intégrer les poteaux de la structure : ceux-ci peuvent dévier les flux, on pourra alors détecter les zones d’ombre », précise Julien Bourdon, commercial chez Yesss Electrique sur l’antenne de Morlaix (29). D’autres paramètres sont également inclus dans l’étude, comme la couleur des sols ou des murs.
Une étude menée dans un bâtiment laitier du Finistère par Julien Bourdon chiffre les besoins à « 300 lux / m2 en salle de traite, ou dans des box dédiés aux soins des animaux ». Sont concerné les box de vêlage, mais aussi les lieux d’insémination ou dans les cases où se pratiquent des interventions minutieuses, comme des césariennes. « Pour les bâtiments de stockage ou pour le couloir d’alimentation, 100 lux/m2 suffisent ». Cette unité d’appréciation de l’éclairement lumineux est calculée rendue au sol, à 80 cm de hauteur.
Suivant les chiffres donnés par l’étude prévisionnelle, David Charles va installer soit des tubes Led, soit des suspensions à Led rondes nommées gamelles. « Je prends aussi en compte les contraintes des éleveurs, comme la hauteur d’installation pour pouvoir laisser passer les engins ». Plutôt que des traditionnelles réglettes néon pendues par des chaînes, les tubes Led sont fixés dans la charpente. « Il n’y a pas de balancement. Ils sont aussi plus simples à changer car ils sont alimentés par un simple connecteur », explique l’installateur qui n’a pour l’instant pas eu à remplacer des éclairages mis en place au début de son activité, il y a près de 5 ans.

3 minutes pour s’habituer
La qualité de l’éclairage dépend de la précision des travaux à effectuer. En salle de traite, « on va vers un positionnement de la lumière plus ergonomique, avec par exemple des points lumineux encastrés dans le quai de traite et sous la mamelle », rapporte Sébastien Guiocheau, chargé d’études bâtiments à la Chambre d’agriculture. Avant de rajouter : « L’œil du bovin met 3 minutes à s’adapter à l’obscurité ». Une des raisons de sorties lentes de salle de traite qui peut être corrigée par l’éclairage, en éliminant les contrastes lumineux.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer