ÉlevageTop

Le robot améliore le côchage et la fertilité

Inventé au départ pour limiter certaines tâches répétitives des aviculteurs, le robot Spoutnic fait bouger les volailles et améliore ainsi la productivité des lots.

« La robotique a un vrai rôle à jouer pour améliorer la productivité des élevages et pour limiter les risques de santé-sécurité qui touchent directement les éleveurs tels que les troubles musculosquelettiques, le mal de dos, le stress, les maladies respiratoires, la fatigue physique et nerveuse…  », introduisait Yanne Courcoux, directrice de Tibot, lors d’une intervention pendant le salon connecté Elo Élevage le 30 septembre. Tibot développe des robots d’assistance pour les tâches répétitives ce qui permet aux éleveurs de se dégager du temps pour d’autres tâches à plus de valeur ajoutée.

30 % de tentatives de côchage en plus

Des éleveurs ont testé le robot Spoutnic en volaille de chair mais ce dernier est plus utilisé en élevage de volaille reproductrice. Le robot se déplace de manière aléatoire pour faire bouger les poules et limiter la ponte au sol. « Nous avons réalisé un essai comparatif du taux de ponte au sol avec ou sans robot chez un éleveur de poules reproductrices. On partait d’un taux de ponte au sol de 27 % à la 27e semaine d’âge. Après 6 semaines, il était tombé à 3 % sur la partie sans robot et à 1,5 % là où le robot passait quotidiennement. Avec le robot, c’est 1 987 œufs de moins pondus au sol sur 6 semaines et l’éleveur est passé deux fois moins parmi ses volailles chaque jour », décrit Yanne Courcoux. L’entreprise Hubbard s’est intéressée à l’impact de l’utilisation du robot Spoutnic sur le côchage et la fertilité des mâles et femelles reproducteurs. Le robot a été testé sur 2 lots de reproducteurs chair âgés de 48 et 55 semaines.

« Grâce au robot, on constate une augmentation de 30 % des tentatives de cochage. Sa présence dans le bâtiment permet de maintenir un bon niveau d’activité des poules et des coqs, ce qui génère un nombre de tentatives de côchage plus élevé notamment dans les 2 heures avant l’extinction de la lumière. Cela est d’autant plus intéressant puisque la bibliographie montre que la poule a besoin d’être cochée plus souvent après 45 semaines d’âge », analyse Mathieu Lardière, responsable technique chez Hubbard. Il ajoute : « Durant ces différents essais, plus de 4 000 tentatives de côchage ont pu être enregistrées. Il a été mis en évidence une corrélation élevée entre le nombre de tentatives de côchage et la fertilité d’un lot. Le robot aide à garder les animaux actifs durant les dernières heures de la journée, moment durant lequel la présence humaine peut être limitée. »

Le robot peut s’amortir sur un lot
Laetitia Savary est éleveuse de poules reproductrices depuis 2006. L’idée de créer ce robot lui est venue suite à un burn-out. « Il fallait passer toutes les 30 minutes pour limiter la ponte au sol. Il faut savoir que le prix de reprise d’un œuf pondu au sol est divisé par 10. Je faisais plus de 8 km par jour dans le poulailler », livre Laetitia Savary. Elle utilise le robot depuis 2016 et aujourd’hui elle passe 4 à 5 fois par jour parmi les animaux au lieu de toutes les 30 minutes avant. Le robot sert aussi après 35 semaines d’âge pour restimuler les poules et les coqs et ne pas perdre en fertilité. L’éleveuse estime que le robot peut s’amortir sur un lot grâce aux œufs non pondus au sol et au gain de fertilité.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer