Élevage

Un bâtiment taurillon neuf et sécurisé

Sébastien Canto a construit un bâtiment avec panneaux solaires pour son élevage de taurillons. Sécurité, économie et performances ont motivé ses choix. L’infrastructure répond à ses exigences et celle de l’engraissement de jeunes bovins, notamment grâce à un système de contention adapté.

Le bâtiment neuf de l’EARL Le Clos des Maisons à Andouillé-Neuville (35) vise à développer l’atelier d’engraissement des taurillons et apporter davantage de sécurité à l’éleveur. « J’ai installé un système de contention car j’investissais dans un bâtiment neuf et je ne reviendrai pas en arrière  », annonce Sébastien Canto qui élève 290 taurillons sur l’exploitation familiale. La contention PasdeLou semi-circulaire et semi-extérieure sera à l’avenir complètement abritée dans le bâtiment.

Elle comporte un couloir puis une chicane afin de faciliter l’entrée des animaux dans la cage sans risquer une marche arrière de jeunes bovins. « Grâce à la cage de contention, l’éleveur peut peser et soigner ses taurillons facilement et en toute sécurité », détaille Gurvan Talvas, technicien Cultivert qui a conseillé Sébastien pour l’aménagement et notamment sur les tubulaires. Un portail facilite l’embarquement des animaux depuis le module semi-circulaire. Auparavant, l’éleveur attrapait ses taurillons à l’aide d’une corde et une deuxième personne était toujours présente afin d’assurer la manipulation en sécurité. « Ce système m’a changé la vie. Désormais, je n’hésite plus à traiter mes taurillons car je peux le faire rapidement, en toute sécurité, et seul », confie l’éleveur. « L’avantage principal de la contention PasdeLou, c’est le calme d’utilisation qu’il apporte aux animaux mais aussi à l’éleveur », complète le technicien Cultivert. Les Secure-passes réparties sur le système de contention et dans le bâtiment contribuent à la sécurisation des soigneurs.

6023.hr
Le système de contention PasdeLou est un atout sécurité majeur pour l’éleveur et les animaux.

Une circulation optimisée

La circulation au sein de la structure a été pensée autour de la contention et sécurisée. Un couloir de 5 m de large le long des cases de 12 x 6 m mène les animaux à l’outil. Cette zone facilite également l’observation et les déplacements, mais sert aussi d’infirmerie. « Par case, je peux facilement isoler un animal quelques jours sans qu’il ne s’éloigne du troupeau et conserve l’odeur, c’est alors plus facile de le réintégrer », détaille l’éleveur. De l’autre côté, le couloir d’alimentation se compose d’une travée de 5 m avec une margelle de 40 cm afin que les jeunes bovins posent les pattes pour manger. « Je voulais un bâtiment avec beaucoup d’accès », affirme l’éleveur. C’est lors de visites, en amont de la construction, accompagné par Philippe Clech, concepteur bâtiment Eureden, que l’éleveur observe ces précieux détails pour les répliquer dans son futur lieu d’exploitation.

Un bâtiment adapté pour le photovoltaïque

Dans l’élaboration des plans, le conseiller bâtiment avait la charge de traduire les 3 attentes essentielles de l’agriculteur : une structure adaptée aux taurillons, la plus économique possible et avec des panneaux solaires. « Je ne paie pas le bâtiment avec le photovoltaïque, mais le projet s’autofinance avec un retour sur investissement à 9 ans », indique l’éleveur. La pente de 26 % pour poser les panneaux ne conduit pas à des contraintes particulières de hauteur qui convient parfaitement à l’éleveur. Cependant, le bâtiment est orienté sud et ne porte des translucides que sur la face nord afin d’apporter de la luminosité. « L’intérieur reste très lumineux grâce aux filets brise-vent », souligne Gurvan Talvas. La charpente a également été adaptée avec des poteaux de 20 x 25 cm au lieu de 20 x 20. « Il y a peu de maçonnerie sur cette structure afin de réduire les coûts », ajoute Sébastien Canto. Un bâtiment neuf qui revient finalement à 1 111 € la place et répond à l’exigence économique de l’agriculteur. Et avec 2 heures d’astreinte pour le paillage et l’alimentation, la demande pratique pour le quotidien de l’éleveur est également validée.

Contacts Cultivert

Landerneau : Pierre Leroy – 06 63 37 20 44
Carhaix et Quimper : Jacques Cosmao – 06 63 33 31 97
Quimperlé et Pontivy : Fabrice Bernard – 06 30 42 13 06 & Gilles Jagorel 07 85 86 33 86
Lamballe : Patrick Briens – 06 63 33 46 72
Guingamp et Mûr-de-Bretagne : Julien Amiry – 06 72 56 59 08
Combourg : Gurvan Talvas – 06 22 44 39 47

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer