Economie, marchés et gestion

S’inscrire dans une recherche d’amélioration continue

Toujours en réflexion, en quête d’optimisation, de remise en question de ses pratiques, tel est le quotidien de Frédéric Jamin, éleveur laitier à Goulien (29).

Frédéric Jamin a grandi sur l’exploitation familiale avec ses frères où son père leur a transmis la valeur du travail. Alors que leurs copains profitaient de leurs vacances, ils n’avaient de choix que d’aider à la ferme. Il a décidé de s’en éloigner et de poursuivre un BTA jardins – espaces verts.

La volonté d’entreprendre plus forte que tout

L’examen à peine en poche, poussé par une volonté d’entreprendre, il saisit une opportunité de reprise de terres et de quotas. Installé en Gaec avec ses parents, il prend la responsabilité de l’atelier laitier. Son père lui impose son système sur l’atelier cultures, avec intrants, qu’il subira pendant des années.
Alors que tout le poussait à ne rien changer au regard notamment des résultats de l’exploitation, il fait le choix d’un nouveau système lorsqu’il se retrouve seul à la tête de l’entreprise, tout en étant conscient que cette conversion en bio impliquerait inévitablement un accroissement de son temps de travail.

Des choix mûrement réfléchis

Les choix de l’éleveur sont en permanence guidés par la recherche de rentabilité, le gain de temps, l’amélioration des conditions de travail et de confort (pour lui-même et pour ses salariés), tout en travaillant à la reprenabilité de l’exploitation. Toujours dans une démarche constructive, il adopte une attitude positive : « On peut sans cesse trouver des responsables à ce qui nous arrive : les conditions climatiques, le manque de temps… mais j’estime être totalement acteur de mes choix », « rien n’est jamais acquis, je remets en question mes habitudes ». Il s’entoure de conseillers de confiance qui lui apportent une valeur ajoutée.

Trouver sans cesse des leviers de progression

En 2018, il décide de participer et d’investir du temps et de l’argent dans le parcours de formation « Managers Lait » pour encore se perfectionner. Il y apprend beaucoup sur la gestion de l’humain, l’importance d’une autre forme de reconnaissance que pécuniaire auprès de ses salariés. Il en constatera rapidement les effets bénéfiques et un retour sur investissement. Son salarié, Simon, est devenu une pièce maîtresse de l’exploitation. Frédéric Jasmin l’encourage à prendre des initiatives, à proposer des choix de cultures et lui témoigne de sa satisfaction de cette collaboration.

Création de chemin d'accès aux pâtures
Frédéric Jamin mise aussi sur la technique : « J’ai appris à optimiser davantage la gestion du pâturage. En visitant l’exploitation d’un participant lors de cette formation, j’ai eu un déclic sur les chemins d’accès aux pâtures. Gain de temps, animaux plus propres, moins de boiteries et mon exploitation s’y prêtait parfaitement ». L’éleveur ne se contente pas de réfléchir, il passe à l’action : les travaux ont été achevés en juin dernier.

Catherine Fitamant / Cerfrance Finistère

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer