Politique et Syndicalisme

JA 29 : « L’équipe change, le fond reste »

Alexandre Castrec a été élu président des Jeunes Agriculteurs du Finistère, pour une durée de 2 ans. Un prix rémunérateur pour toutes les productions et le renouvellement des générations sont inscrits sur la feuille de route du syndicat.

La nouvelle équipe formée par les Jeunes Agriculteurs du Finistère a été dévoilée vendredi dernier, à Châteauneuf-du-Faou. À la tête du syndicat, Alexandre Castrec, en projet d’installation sur Kersaint-Plabennec. « La moitié du bureau a été renouvelée ; notre groupe de 26 personnes est bien réparti sur le Nord et le Sud du département, afin de remonter les informations de terrain », a expliqué le président nouvellement élu. Si « l’équipe change, le fond reste, en défendant une agriculture viable, vivable et transmissible ».

3 groupes filière

Le nouveau bureau s’articulera autour de 3 grands groupes, dédiés aux filières lait, porc et légume. « Notre fil rouge durant ces 2 ans de mandat sera la structuration des filières », note Adrien Perrot, nouveau secrétaire. Les Associations d’organisation de producteurs sera sans doute un des grands thèmes de travail du syndicat. « Le prix de nos produits et notre rentabilité pose problème. Il faut se structurer pour assurer des prix rémunérateurs pour les producteurs ». Pour la filière porcine, Sébastien Lamour souhaite rapidement rencontrer les dirigeants du MPB. Le jeune éleveur affiche aussi ses craintes concernant la suite de la crise du Covid 19 : « En Allemagne, un abattoir à fermé pour cause de contamination de salariés. Si le problème arrive en Bretagne, nous connaîtrons des retards d’enlèvement dans nos élevage, comme ce fut le cas cet hiver ».
En lait, Stéphane Edern martèle qu’il faut « adhérer aux OP et fédérer les éleveurs pour aller chercher du prix ». Le jeune agriculteur rappelle que « pour répondre à la demande du gouvernement sur la loi Egalim, les OP doivent signer un contrat cadre avant le 22 octobre prochain ».

Attirer d’autres jeunes

Le sujet crucial du renouvellement des générations n’est pas laissé de côté. Ainsi, des actions sont d’ores et déjà prévues, comme les journées de sensibilisation aux métiers verts dans les collèges, afin de « susciter des vocations, mais aussi pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre », explique Alexandre Castrec.
Toutes les pistes seront explorées par les JA 29 « pour défendre l’intérêt des agriculteurs. Nous discuterons avec les autres syndicats », prévoit Adrien Perrot.

Les installations en chiffres
L’année passée, le département du Finistère a vu s’installer 127 jeunes, de 29 ans d’âge moyen. 25 % sont des femmes, 38 % l’on fait hors cadre familial. 35 % de ces installations aidées sont représentés par des agriculteurs non issus du milieu agricole. 31 % ont choisi une production biologique. « 44 % de ces jeunes agriculteurs ont un niveau BTS ou supérieur, signe de projet plus réfléchi qu’avant », estime Alexandre Castrec.

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer