ÉlevageIlle-et-Vilaine

Adrien explique son métier d’éleveur sur Twitter

En toute transparence, Adrien Simon explique aux consommateurs que l’élevage conventionnel français prend en compte le bien-être animal, l’environnement, le sanitaire, les relations sociales…

Installé en mars 2015 sur l’exploitation familiale à Fleurigné (35), Adrien Simon, 27 ans, fait partie des 10 finalistes du trophée « Graines d’agriculteurs ». Cette année, c’est le thème de la communication qui est mis en avant dans ce concours permettant au grand public de soutenir des agriculteurs par un vote. Adrien Simon a toute sa place dans la compétition. Il anime notamment une page Twitter où il parle de son élevage et du métier en général. L’exploitation compte 300 truies et la suite avec 60 ha de cultures et 10 ha de prairies naturelles.

Une formation sur les réseaux sociaux

Lors de ses études agricoles, il a réalisé un stage aux Pays-Bas dans un élevage de 600 truies. « Quand je suis revenu en France, j’ai commencé par répondre aux attaques que subissait le monde agricole sur Facebook. Mais je tournais en rond. En mars 2019, j’ai suivi une formation sur les réseaux sociaux proposée par le CRP (Comité régional porcin). » Pour atteindre un public plus large, il commence à communiquer sur Twitter sous le pseudo @La Croix Triquet.

« Au début, je ne voulais pas montrer mon élevage, j’avais peur des commentaires de certaines personnes. Mais je me suis rendu compte que la plupart des gens cherchent à comprendre nos pratiques, à être rassurés », note l’éleveur. « Je n’ai rien à cacher. Sinon cela voudrait dire que je ne suis pas en accord avec ce que je fais et qu’il vaut mieux que j’arrête. »

Des prix récompensant sa communication

Au Salon de l’agriculture 2020, il a remporté le prix du Meilleur communicant dans la filière porcine. « C’est notamment grâce au hashtag #MesCochonsetMoi que j’ai contribué à mettre en place et qui proposait aux éleveurs de faire des selfies avec leurs cochons. Cela a fait le buzz. »

Le jeune éleveur communique également via Agriculteurs de Bretagne sur les supports numériques ou en allant à la rencontre des consommateurs à travers différents événements tels que la Roazhon ferme. Accompagné par le CRP, il a organisé un « Happig hour » dans un bar à Fougères : une opération qui permet de rencontrer des consommateurs après le travail autour de jeux en leur offrant des planches de charcuterie. Il a reçu le prix du Meilleur « Happig hour » 2019. Par ailleurs, l’éleveur accueille des BTS PA une fois par mois pour réaliser des travaux pratiques sur l’élevage. À court terme, Adrien Simon souhaite créer une chaîne Youtube.

Voter pour son candidat préféré
Pour découvrir les 10 finalistes, dont une autre Bretonne sur une ferme pédagogique, et voter (jusqu’au 19 septembre), il faut aller sur le site demainjeseraipaysan.fr. L’élection prend en compte pour 50 % le vote du public et pour 50 % le vote du jury. Les lauréats remporteront une dotation de 3 000 € pour les aider dans leur projet.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer