En bref

Néonicotinoïdes : l’Anses recommande de réduire «au maximum» l’usage du thiaclopride

Dans un rapport sur les effets des néonicotinoïdes sur la santé humaine paru le 5 mars, l’Anses recommande de réduire «au maximum (les) usages» du thiaclopride dès 2018, un néonicotinoïde de plus en plus utilisé. De façon générale, l’agence indique que «concernant l’impact des néonicotinoïdes sur la santé humaine, l’expertise réalisée (…) ne met pas en évidence d’effet nocif, pour des usages respectant les conditions d’emploi fixées par les autorisations de mise sur le marché». Dans le cas précis du thiaclopride, «compte tenu des caractéristiques de danger de la substance et de l’accroissement important de son utilisation, l’agence recommande de réduire au maximum ses usages», d’après le communiqué.

Vers une dérogation pour la betterave, espère l’AIBS

L’AIBS (Association interprofessionnelle de la betterave et du sucre) a estimé que l’Efsa et l’Anses «ouvrent la voie à un régime dérogatoire concernant les néonicotinoïdes» sur betterave. Dans son rapport, l’Anses «confirme qu’il n’existe pas à l’heure actuelle d’alternatives équivalentes aux néonicotinoïdes en termes d’efficacité, de durabilité, d’opérationnalité et de praticité pour lutter contre les pucerons vecteurs de la jaunisse virale».

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer