ÉlevageTop

Commerce de bovins et FCO

Le passage de toute la Bretagne en zone réglementée FCO le 16 novembre crée un « gros préjudice économique », font observer les responsables de la filière bovine. Si la vaccination des animaux permet d’avoir accès aux marchés, la désinsectisation couplée à des analyses PCR (prise de sang) ouvre aussi les portes des marchés espagnol et italien pour des animaux destinés à l’élevage ou à l’engraissement depuis la zone réglementée (sérotype 8).

  • Espagne : les animaux de moins de 70 jours (veaux) et plus de 70 jours doivent être prémunis des attaques des vecteurs (désinsectisation) avant leur expédition pendant une période d’au moins 14 jours et doivent être soumis au moins 14 jours après le commencement de cette protection à une analyse PCR dont le résultat est négatif. Un certificat électronique Traces indiquant la nature, la dernière date d’application et le temps d’attente de l’insecticide utilisé est à joindre obligatoirement.
  • Italie : la Bretagne ne peut pas bénéficier de dérogations liées à la vaccination actuellement car la région n’est pas classée « zone saisonnièrement indemne ».

Au regard de ces dispositions aléatoires pour l’exportation, la vaccination, même si sa mise en œuvre est compliquée (double injection), reste la pratique à privilégier. À noter que le vaccin est pris en charge par l’État, mais pas l’acte de vaccination.

Plus d’informations
Télécharger le document sur les «  Conditions applicables aux mouvements » sur info.agriculture.gouv.fr/gedei/site/bo-agri/instruction-2017-776
Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer