Dix cases pour bien maîtriser les vêlages

Le box de vêlage est équipé d’une barrière qui se replie sur la vache. La partie supérieure s’ouvre pour les césariennes et la porte inférieure pour faire téter les veaux. - Illustration Dix cases pour bien maîtriser les vêlages
Le box de vêlage est équipé d’une barrière qui se replie sur la vache. La partie supérieure s’ouvre pour les césariennes et la porte inférieure pour faire téter les veaux.

Sur une SAU de 105 ha, les deux associés du Gaec des Blanches au Grand-Fougeray (35) conduisent un troupeau naisseur engraisseur de 80 vaches. L’organisation des bâtiments prime, notamment pour les vêlages. En 2009, Philippe et Martine Catreux ont décidé d’arrêter le lait pour se consacrer à la production de viande bovine. Aujourd’hui, le troupeau de 80 vaches, majoritairement charolaises, et la suite sont logés dans des bâtiments réaménagés et très fonctionnels. Dans une des stabulations, 10 cases ont été mises en place, à côté d’un box spécifiquement réservé aux vêlages. Des mères rationnées au cas par cas [caption id=”attachment_29417″ align=”alignright” width=”146″] Philippe Catreux[/caption] « Les vaches et leurs veaux y restent le plus longtemps possible, jusqu’à un mois. Ce qui permet de limiter les soucis sanitaires et de rationner au mieux les vaches fraîches vêlées », a précisé Philippe Catreux lors d’une porte ouverte organisée le 5 septembre par le groupement des éleveurs charolais d’Ille-et-Vilaine (Gerbociv). Les éleveurs mettent jusqu’à deux vaches avec leur veau dans une case, au moment des pics de vêlages (septembre/octobre et février). « Ces cases peuvent aussi servir d’infirmerie… » La mortalité de la naissance au sevrage est bien maîtrisée, à 5,4 % sur la dernière campagne. Pour gagner en productivité, les éleveurs travaillent sur l’abaissement de l’âge au vêlage, en lien avec Eilyps pour peser les animaux et adapter le rationnement des génisses. La première année, elles reçoivent 50 % d’ensilage de maïs, 30 % d’ensilage d’herbe et 20 % d’ensilage de méteil, plus des céréales, du soja/colza et du foin. En 2e année, l’ensilage de maïs est retiré. En 2015/16, l’âge au premier vêlage se situait à 36 mois et en 2016/17, à 32 mois. « Nous visons 30 mois sur la prochaine campagne. » Les vaches sont échographiées. L’élevage fait 40 % d’IA. [caption id=”attachment_29415″ align=”aligncenter” width=”720″] Les barrières des…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte

Already a member? Connectez-vous ici

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article