Côtes d'Armor

Le pont solide des MFR entre la Bretagne et le Mali

Deux Maliens se forment auprès des Maisons familiales et rurales. Ils repartent développer le réseau des MFR chez eux.

Jeudi 29 septembre, la MFR de Loudéac était à l’heure malienne. Trois cents jeunes de quinze MFR ont participé à une journée animée par Fatoumata Sanogo et Moustapha Diombélé, deux services civiques volontaires maliens. Ils ont été recrutés par l’union nationale des MFR du Mali, avec qui les MFR de Bretagne sont en partenariat depuis vingt ans. En Bretagne depuis février, Fatoumata a été accueillie par la fédération MFR Ille-et-Vilaine, Moustapha par la fédération MFR du Finistère.

Confronter les contextes

Une journée d’échange riche autour de nombreuses problématiques de société : place et rôle de la femme, éducation, liberté d’expression, religion, santé, agriculture, santé, alimentation… Autant de sujets abordés de manière originale par les deux Maliens qui se sont rendus dans chaque MFR participante pour travailler avec les jeunes : «Parler de tout cela en mettant en parallèle contextes malien et breton oh combien différents, quoi de plus enrichissant pour chacun ? » ont-ils souligné.

Cette journée a aussi été l’occasion pour Fatoumata et Moustapha de présenter le bilan de leur séjour en France : rencontres avec les équipes éducatives, les administrateurs des MFR, les professionnels, participation à des évènements locaux et nationaux, week-end en famille. « Des moments forts en émotion. Nous n’oublierons jamais le bon accueil qui nous a été fait, » ont-ils confié. Même si parfois, la cuisine bretonne les a laissés perplexes : « Galettes et crêpes avec plaisir, coquilles Saint-Jacques et huîtres, non merci ! »

Côté cuisine, justement, les personnes présentes à la MFR ont pu goûter au poulet yassa (citron, oignon…) accompagné d’un verre de bissap, infusion à base de fleurs d’hibiscus. Le tout en musique grâce à Alexis, jeune volontaire péruvien.
Le rendez-vous a aussi été l’occasion de lancer une vaste opération de collecte. Son objectif : réunir des fonds pour les MFR maliennes grâce à la vente d’objets artisanaux fabriqués là-bas : rénovation de locaux, achat de mobiliers, panneaux de communication, construction d’ateliers pédagogiques… Le bilan de cette opération sera réalisé le 24 novembre, à l’occasion de la journée mondiale des MFR.

MFR contre exode rural

Le dix-sept octobre, Fatoumata et Moustapha repartiront au Mali. Leur vrai travail commencera alors : création de MFR, accompagnement des équipes éducatives dans la mise en place de formations professionnelles pour les jeunes, animation des conseils d’administration, structuration du réseau MFR dans les cinq régions où elles sont présentes. Aujourd’hui, l’État malien reconnaît l’importance des MFR dans le tissu local pour développer l’agriculture et limiter l’exode rural. Un programme finance jusqu’en 2021 l’ouverture de 40 MFR avec l’objectif de former 20 000 jeunes de 14 à 19 ans. Aujourd’hui, 21 MFR fonctionnent déjà et accueillent plus de 600 jeunes et adultes. Elles représentent notamment la possibilité pour les femmes de se former pour créer des activités génératrices de revenus.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer