ÉlevageFinistère

45 minutes pour traire 130 laitières

Le bâtiment flambant neuf de l’EARL Cabon a fait l’objet d’une journée portes ouvertes, pour montrer comment la réduction du temps de travail devient une réalité.

Traire 130 vaches laitières en 45 minutes. Une réalité devenue possible grâce aux nombreuses astuces mises en place à L’EARL Cabon, à Ploudaniel. « Je démarre la préparation de la salle de traite à 6 h le matin, à 7 H 15, elle est terminée. Reste le raclage du parc d’attente, demandant environ 15 minutes, la distribution de l’aliment aux laitières, et la journée dans les champs peut démarrer », confie Jean-François Cabon, gérant de l’EARL. Le besoin de main-d’œuvre est important sur l’exploitation, produisant notamment des échalotes et des pommes de terre. Dès lors, chaque détail compte pour gagner de précieuses minutes.

Vidéo à 360°. Déplacez vous dans la vidéo à l’aide de votre souris.

Chien automoteur, trempage commandé

L’automatisation plaît à l’éleveur, aidé par un frère maîtrisant le sujet. « Pour autant, nous avons choisi de mettre en place un roto, plutôt qu’un robot de traite », confie-t-il. Les heures d’astreinte sont ainsi gommées une fois le lait recueilli le matin. Pour optimiser son temps de présence, chaque étape est perfectionnée. « Le chien électrique autoporté fait avancer les vaches rapidement. Il se met en route dès qu’un animal se trouve à 2 mètres des chaînes électrifiées », explique Alain Cabon, frère de l’éleveur et concepteur du matériel. Équipé de capteur infra rouge, l’ensemble se meut à l’aide d’un moteur électrique, alimenté par un enrouleur placé en hauteur. L’ensemble reprend sa place une fois la traite terminée.

Pour simplifier le nettoyage des quais de traite, l’éleveur peut actionner un système de trempage, constitué d’un tuyau PEHD percé. 4 tronçons sont ainsi actionnables. Enfin, les filets brises vents installés par Cultivert donne de la luminosité au bâtiment, tout en privilégiant le confort des vaches et les aspects sanitaires.

Au plus près des laitières

L’éleveur a fait le choix d’un système de traite simple et efficace. « Je ne suis pas équipé de compteurs à lait. La traite doit être simple pour un fort débit », témoigne-t-il. Pour être au plus près des vaches, « le quai en sinus permet au trayeur de s’insérer à proximité du poste de traite. Utilisable en traite arrière comme en épi, l’installation est conçue pour le confort de l’éleveur et des animaux », explique Philippe Bazin, de chez Boumatic. Afin d’optimiser les conditions de travail, Jean-François Cabon a fait le choix d’un plancher mobile. « Il serait dommage de ne pas pouvoir confier la traite à un éventuel salarié, car de trop grande ou de trop petite taille  ».

A chacune sa quantité d’aliment

Quand la vache entre dans le système de traite de 38 places en épi, le trayeur lave les trayons, et « sélectionne, sur un boîtier situé sur le pare-bouse, une quantité d’aliment de production suivant l’animal. 3 seuils ont ainsi été programmés : en été, chaque laitière peut recevoir 200, 400 ou 800 grammes d’aliment. Chaque dose est ainsi pesée avant de tomber dans l’auge. Pour ne pas arrêter le roto, le moteur de la vis sans fin tourne à des vitesses différentes. Pour les vaches fraîchement vêlées, la distribution de propylène glycol se fait également dans la salle de traite. Dans ce cas, une programmation arrête le roto, une quinzaine de secondes, le temps de délivrer les 300 ml d’additif alimentaire », explique Alain Cabon. Au final, une distribution rapide, qui est un bon compromis entre technologie et simplicité.

Pour l’élevage des veaux, une cuve de stockage présente au centre de la salle de traite envoie directement aux veaux le lait, par le biais d’une pompe. « Les veaux partent à 15 jours, chez un voisin éleveur de génisses », note Jean-François Cabon. Un autre gain de temps, qui enlève à l’éleveur une charge de travail supplémentaire.

Les équipements de l’EARL Cabon
Le bâtiment neuf utilisé depuis la mi-décembre, mesure 150 m de long pour faciliter le raclage, et offre une surface totale de 4 200 m2. L’éleveur et son troupeau disposent :

  • D’un roto Boumatic 30 places en épis, avec décrochage automatique ;
  • D’un chien électrique autoporté ;
  • De deux rangées de logettes classiques bas-flanc monopied de chez Cosnet, équipée de sangle genouillère ;
  • De filets brises vents en double enroulement à maillage à 98 %, avec filet anti oiseau ;
  • De cornadis anti-bruit, anti-pendaison et commandés via un boîtier ;
  • D’un distributeur de lait pour les veaux.
Mots-clés

Peut vous intéresser

Lire aussi...
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer