La presse-enrubanneuse offre plus de souplesse

« Plus de 3 000 bottes sont réalisées chaque année avec le combiné », chiffrent Jean-François Cordon, président de la Cuma de Saint-Glen, et Jean-François Glatre, salarié. - Illustration La presse-enrubanneuse offre plus de souplesse
« Plus de 3 000 bottes sont réalisées chaque année avec le combiné », chiffrent Jean-François Cordon, président de la Cuma de Saint-Glen, et Jean-François Glatre, salarié.

Gain de temps, souplesse, multifourrages… Les avantages du combiné presse-enrubanneuse ont séduit les adhérents de la Cuma de Saint-Glen. Cette activité a été débutée en 2010. [caption id=”attachment_19797″ align=”aligncenter” width=”1000″] « Plus de 3 000 bottes sont réalisées chaque année avec le combiné », chiffrent Jean-François Cordon, président de la Cuma de Saint-Glen, et Jean-François Glatre, salarié.[/caption] « C’est un confort pour les éleveurs », souligne Jean-François Cordon. Sur la Cuma de Saint-Glen (22), dont il est le président depuis plus de 30 ans, l’activité de presse-enrubanneuse a d’abord été proposée en location à partir de 2010, sur trois ans. Puis la Cuma a acheté son propre combiné en janvier 2013 : un Comprima CV 210 XC de chez Krone, d’un coût de 88 000 €. Aujourd’hui, 30 adhérents font appel à ce service. Plus de 3 000 bottes sont réalisées chaque année. Un seul salarié « Auparavant, nous avions une presse et nous utilisions une enrubanneuse venue d’une autre Cuma. Cela demandait davantage de manutention, et pour enrubanner, les salariés décalaient leurs horaires le soir », relate Jean-François Cordon. « Aujourd’hui, la presse-enrubanneuse permet de gagner du temps avec un seul salarié, un tracteur et une machine. Les producteurs vont ensuite chercher leurs balles dans le champ quand ils le souhaitent, cela offre plus de souplesse. » Avec la même machine, la Cuma réalise des balles de paille, foin et enrubannage à base de ray-grass, luzerne, mélange céréalier, trèfles… Le combiné permet de presser des balles jusqu’à 2,05 m et d’enrubanner jusqu’à 1,75 m. Il est aussi équipé de couteaux pour le broyage éventuel de la paille ou de l’enrubannage. « Aujourd’hui, 2/3 des adhérents demandent le broyage de l’enrubannage qui génère des brins de 10 – 12 cm. » Traînée par un tracteur de 180 CV, la machine permet de…

Cet article est réservé
aux abonnés numériques

Je me connecte

Already a member? Connectez-vous ici

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article