CoopérativesProductions Agricoles

Les coopératives Triskalia et UKL-Arrée se rapprochent officiellement

Le rapprochement entre les coopératives de Triskalia et UKL-Arrée est effectif depuis fin 2015. Les activités d’accouvage vont être regroupées au sein de la société Couvéo et le parc bâtiment volaille de chair s’élève maintenant à 1,2 million de m2.

Depuis quelques mois on entendait parler d’un éventuel rapprochement entre la coopérative Triskalia et UKL-Arrée, c’est effectif depuis la fin de l’année 2015. « Je suis arrivé chez UKL-Arrée début 2015 qui avait de grosses difficultés financières. Il me fallait donc trouver une solution très rapidement. J’ai rencontré les dirigeants de plusieurs coopératives. Triskalia est la dernière coopérative avec qui j’ai échangé. Il n’y a pas eu de calcul, cela a été très rapide puisque le dossier a seulement mis 6 mois pour aboutir. Ils ont fait le choix courageux de s’adosser à UKL-Arrée », témoigne Mickaël Legay, directeur général de la coopérative.

UKL-Arrée conserve ses débouchés

« L’adossement de la coopérative UKL­-Arrée à Triskalia présente plusieurs intérêts : pérennité du potentiel de production, débouchés en nutrition animale, développement de l’activité d’accouvage pour l’approvisionnement des élevages de volaille de chair, développement et investissements… La coopérative UKL-­Arrée rejoint ainsi les activités volailles du groupe Triskalia (Triskalia Volailles, Nutréa et Ronsard) : l’accouvage, la fabrication d’aliment du bétail, la production ainsi que la transformation », explique Dominique Ciccone, directeur général de Triskalia. En pratique, UKL­-Arrée adhère à Triskalia tout en restant une coopérative de production de volailles autonome. Elle conserve ses débouchés actuels, notamment sur le grand export. Les éleveurs de volailles de chair restent adhérents de la coopérative UKL­-Arrée. De même, les salariés ne changent pas d’employeur.

Quelques chiffres

UKL-­Arrée 


  • 142 éleveurs,
  • 60 salariés,
  • 255 000 m2 d’élevage,
  • 2 couvoirs dans le Morbihan : 1 couvoir de poussins à Pontivy et 1 couvoir 
de canetons à Limerzel,
  • 101 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Chiffres clés amont Triskalia volailles

  • 260 éleveurs,
  • 430 000 m2,
  • Dinde, poulet, canard, canard gras, pigeon,
  • 1 couvoir à Pontchâteau (44) (90 000 canetons par semaine, 12 
éleveurs).

Nutréa volaille de chair

  • 240 éleveurs,
  • 500 000 m2,
  • Poulet, dinde, reproducteurs (16 %)…
  • 1 million poussins produits par semaine, 1 couvoir à Cleden-­Poher 
(29).

Ronsard

  • 70 producteurs,
  • 30 000 m2,
  • Dinde, poulet.

1 million d’euros d’investissement pour le couvoir de Pontivy

Le 1er février, le couvoir de poussins UKL-­Arrée de Pontivy (56) rejoindra le couvoir de canetons Triskalia, anciennement Procaneton, au sein d’une même société. Cette société, baptisée Couvéo, comprendra donc 2 sites : Couvéo Caneton et Couvéo Poussin. En 2016-2017, des investissements d’un montant d’1 million d’euros sont d’ores et déjà programmés à Couvéo Poussin, le couvoir de Pontivy (56), afin de porter la capacité de production à 1,2 million de poussins par semaine. Cela s’accompagnera d’une recherche d’éleveurs de poules reproductrices. Nicolas Goualan

L’avis de Georges Galardon, président de Triskalia

Même si 2015 a été moins difficile pour la filière volaille que pour les autres productions animales, le contexte reste sensible. Les importations continuent d’augmenter et les marchés sont toujours soumis aux aléas sanitaires, financiers ou monétaires. La Bretagne dispose cependant de nombreux atouts. Le rapprochement du groupe Triskalia et d’UKL-­Arrée s’inscrit bien dans une stratégie de consolidation de la filière avicole bretonne, sans oublier le maintien des centres de décision dans la région.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Bouton retour en haut de la page
Fermer