CoopérativesÉlevage

Triskalia : la section œuf dévoile sa stratégie

Lors de l’assemblée de la section œuf de Triskalia, Yves-Marie Beaudet a affirmé que les engagements de 50 % de production en alternatif seront tenus à horizon 2022.
Yves-Marie Beaudet, président de la section œuf de Triskalia

Yves-Marie Beaudet, président de la section œuf de Triskalia a dressé les prospectives et stratégies à horizon 2022/2025 lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée le 27 février à Langueux (22). « En préambule, je tiens à rappeler l’engagement de la filière qui est d’avoir 50 % d’œufs produits en systèmes alternatifs d’ici 2022. Un objectif qui ne devrait pas être compliqué à atteindre car nous étions à 37 % en 2017. La production d’œufs de code 3 baisse grâce aux conversions mais nous constatons le développement beaucoup trop rapide de la production d’œufs bio et plein air qui risque d’engendrer une surproduction. » Pour Triskalia, en 2017 la production d’œufs en cage était de 80 %, mais, pour autant, Yves-Marie Beaudet se dit confiant dans la tenue de l’engagement de 50 % d’alternatifs en 2022. « Nous allons bouger rapidement grâce aux conversions. Certains éleveurs qui ne désirent pas investir pour aller vers de l’alternatif nous quitteront certainement afin de partir en production libre. »

Voir aussi :  De la volaille de chair à la poulette en volière

Pas de développement en bio

La production de code 2 (sol) était très faible chez Triskalia en 2017, l’objectif est d’être à 16 % d’ici 2022. Le plein air a fortement progressé entre 2017 et 2018, il devrait atteindre 30 % en 2022. La coopérative reste prudente concernant le bio qui devrait avoisiner les 6 % à la même échéance. Cela fait plus de 6 mois que la coopérative ne prend plus d’engagement contractuel sur la production d’œufs bio. « Pour un coût de production équivalent à 100 pour un œuf cage, il faut compter 240 pour un œuf bio. La quantité de céréales bio disponibles pour l’alimentation des poules peut rapidement devenir une problématique », estime Yves-Marie Beaudet.

8 axes stratégiques à tenir

Les éleveurs de la section œuf de Triskalia se sont réunis afin de définir une stratégie claire. « Nous avons listé 8 axes stratégiques à tenir. Nous avons besoin de producteurs impliqués afin de déployer cette stratégie », lance le président de la section œuf. Une analyse semestrielle du marché des œufs et du portefeuille producteurs sera effectuée et communiquée aux éleveurs. Il va y avoir un investissement fort dans la démarche œufs de France. Tous les modes de production seront défendus en tenant les objectifs fixés par le CNPO pour 2022, tout en respectant la rentabilité des ateliers. « Le code 3 reste le seul indicateur de cotation hebdomadaire de la profession nationale. En cas de disparition, l’échelle de prix serait remise en question », fait remarquer Yves-Marie Beaudet.

Voir aussi :  Renouveler et rénover les poulaillers

La mise en place d’une commission technique et d’une commission installation sera un autre axe stratégique développé par la section œuf. La section va se positionner sur la vaccination ainsi que sur l’assurance salmonelles. Un plan de progrès sur les bonnes pratiques en élevage va voir le jour. Des formations vont être proposées aux éleveurs comme : nouvelles techniques d’élevage, management de chaque souche, gestion de la main-d’œuvre… « Nous devrons aussi être présents dans les instances professionnelles, politiques et administratives », conclut le président de la section œuf.

Mots-clés

Peut vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer