Les thrips ont de l’odorat

Pour lutter contre les thrips sur poireaux, le CTIFL teste des méthodes de répulsion olfactive.

Huiles essentielles dans des bandes de poireaux - Illustration Les thrips ont de l’odorat
Les cubes contiennent des huiles essentielles 
qui auraient un effet sur les vols de thrips.

« Sur poireaux, l’utilisation de plantes-banques a provoqué des résultats catastrophiques », explique Sébastien Picault, ingénieur au CTIFL. « Le nombre de thrips sur les plants a été multiplié par 5 ». Pour contrer la prolifération de ces ravageurs, le CTIFL exploite la piste des plantes répulsives. Afin de sélectionner les plus efficaces, des tests d’olfactométrie sont réalisés en laboratoire. Pour l’instant, le thym, la coriandre et la sarriette ont montré de bons résultats.

Des essais prometteurs

La disposition des plantes répulsives dans les planches a un impact sur l’efficacité de la méthode. « Nous avons de bons résultats quand nous semons de la coriandre et du poireau sur la même bande mais la compétition entre les deux plantes est alors trop importante », annone Sébastien Picault. « Un semis sur planches alternées annule cette compétition mais l’effet sur les thrips est moindre. En bref, le système ne fonctionne pas encore mais nous allons poursuivre nos études ». Depuis 2023, le CTIFL expérimente en parallèle l’effet des huiles essentielles sur les insectes ravageurs. Dans les faits, des cubes gélatineux sont disposés tous les mètres en quinconce sur les planches de poireaux. « Nous n’avons pas encore de statistiques mais nous avons observé une limitation des vols de thrips », conclut l’ingénieur.

Alexis Jamet


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer l'écran superposé de recherche

Rechercher un article